Balade en montagne avec Jean-François Noblet

Balade en montagne
Jean-François Noblet, membre de la Fédération de la protection de la nature, conseiller technique environnement du Conseil général de l’Isère, et naturaliste zoologiste est intervenu en ce mois de Mars 2016 auprès de notre classe de 2nde pour nous présenter le milieu de la montagne et les enjeux liés au tourisme.

En effet, le mode de vie à la montagne n’a pas toujours été le même qu’aujourd’hui : les activités qui existaient avant le développement du tourisme et du ski, et l’émergence d’un nouveau modèle touristique à visée écologique, étaient bien différentes et fondées principalement sur l’agriculture.
Mais tout d’abord, rappelons ce qu’est le milieu montagnard.
La montagne est organisée en plusieurs « étages » en fonction de l’altitude. Lorsque celle-ci est élevée (supérieure à 2900/3000 m), les conditions climatiques sont dures, et l’on trouve les neiges éternelles. Mais avec sa diminution, la faune et la flore changent et s’adaptent. L’étage alpin entre 2200/2400 m et 2900 m est composé d’arbres bas, de buissons, et l’on y rencontre par exemple, des animaux spécifiques comme le chamois ou le tétra-lyre propres à cet étage et à l’étage subalpin. Ce dernier s’élève à 1500/1700 m et on y trouve essentiellement des conifères. Puis entre 900/1100m et 1500 m s’étend l’étage montagnard, mélangeant les conifères et les feuillus. Enfin l’on trouve l’étage collinéen entre 200/400 m et 900 m ou se développent des feuillus. Aux altitudes inférieures se trouvent les plaines. L’altitude a aussi un impact sur l’implantation des populations, du fait des conditions toujours plus dures avec son élévation. Par conséquent les installations humaines dépassent rarement les 1900 m, avec, par exemple, Saint-Véran dans le Queyras qui est le village le plus haut à 2000m. A cette influence de l’altitude s’ajoute celle du soleil qui, selon l’exposition, détermine l’adret (au soleil) et l’ubac (à l’ombre).

Regard historique sur l’aménagement du territoire

Sur le plan historique, la montagne connaît une réelle révolution dans son occupation par les hommes. Les premiers espaces accueillant des populations furent les cols qui permettaient de contrôler les passages et de récolter des droits de douane. Mais il leur fallut s’adapter aux conditions naturelles : pentes, climat engendrant des difficultés de déplacement. Ainsi c’est surtout dans des refuges d’alpage durant la période estivale que les hommes s’aventuraient dans les étages élevés. Les villes, elles, se sont développées dans les vallées en bas des montagnes. Avant la Première Guerre mondiale, les populations étaient adaptées à la vie en montagne, leurs maisons à étages utilisaient la pente en s’adossant à celle-ci. Cela leur permettait de ranger le foin au 1er étage directement accessible grâce à la pente par l’arrière de la maison. Les animaux étaient à l’étage inférieur et donnant sur l’avant de la maison, entre les deux se trouvaient les hommes isolés par le foin au-dessus d’eux et chauffés par les bêtes en dessous. Les maisons étaient construites avec des matériaux locaux : le bois, la lauze pour le toit…. ainsi ce mode de construction était-il plutôt durable car il y avait peu de transport. Mais le déboisement induit par l’augmentation de la population aux XVIII° et XIX° siècles a pu provoquer une érosion des sols autrefois maintenus par les racines des arbres.
Autre forme d’adaptation : l’obligation d’être solidaire. En effet, avec un climat rigoureux, les populations étaient isolées et devaient donc se soutenir pour éviter les vols de nourriture qui auraient pu leur être fatals. Ainsi existait une réelle entraide. L’agriculture fut aussi marquée par le paysage. Les cultures étaient organisées en étages pour optimiser l’espace car les espaces plats étaient rares. Les torrents étaient déviés pour irriguer au moyen de canaux. Au final les communautés montagnardes étaient des sociétés assez fermées voire hostiles à l’arrivée d’étrangers.
Mais ces sociétés montagnardes ont aussi eu un impact négatif sur la faune en particulier. Par la chasse et le braconnage, de nombreuses espèces ont disparu : le grand coq de bruyère, le cerf, le chevreuil et le sanglier notamment dans les Alpes à la fin du XIX° siècle. Les prédateurs comme les loups, les lynx ou les ours (le dernier a disparu des Alpes françaises en 1937) ont été empoisonnés, ce qui a atteint aussi les aigles et les vautours (les derniers ont disparu dans les années 1920-1930)… tués en mangeant des charognes contaminées. Ainsi la biodiversité a été dégradée fortement.
Après la 1ère guerre mondiale, les espaces montagnards ont commencé à connaître un certain déclin. Beaucoup de leurs hommes sont morts à la guerre. Les femmes et personnes âgées ont des difficultés pour assurer les différents travaux nécessaires aux exploitations agricoles. En conséquence, l’exode rural a augmenté fortement dans les régions montagnardes.
C’est durant cette période que l’Etat va commencer à intervenir pour gérer cet espace. Avec la disparition des forêts alpines, le risque d’inondation dans les vallées a augmenté car les sols ne retenaient plus l’eau des pluies. Ainsi des barrages ont été créés pour contrôler le débit des torrents et cours d’eau, parfois aux dépens de populations qu’il a fallu déplacer. Cela a aussi permis de développer la « houille blanche », c’est-à-dire la production d’hydroélectricité, comme à Serre-Ponçon. Mais ces barrages ont eu un impact sur la faune aquatique en bloquant la migration de certaines espèces de poissons.
L’arrivée d’une agriculture plus industrielle et chimique a eu elle aussi un impact sur l’environnement, l’eau et la faune en particulier. En effet, les traitements antiparasitaires des bovins ont été tellement efficaces que les molécules employées pour tuer les vers dans les intestins du bétail ont tué les animaux vivants des bouses de vaches : insectes, oiseaux, chauves-souris… Une seconde conséquence est que, les bouses de vaches, n’étant plus dégradées par ces animaux, empêchent l’herbe de pousser ce qui réduit la ressource alimentaire du bétail dans les champs. Il en est presque de même pour le mouton que l’on a traité pour une moisissure des sabots à l’aide d’un produit à base de cuivre. Cette substance s’est retrouvée dans la nature et notamment les ruisseaux, provoquant une forte pollution de l’eau et causant la mort de la faune aquatique. Ainsi ce qui semblait être un bien pour l’élevage s’est révélé une catastrophe en terme environnemental et de biodiversité.
Le développement du tourisme après la seconde guerre mondiale a eu un fort impact sur la montagne. L’arrivée des alpinistes (personnes riches qui payent des guides locaux) dans des villes renommées comme Chamonix ou Zermatt en Suisse a menacé la civilisation montagnarde fondée sur la solidarité et la consommation locale. Le ski et les activités touristiques qui lui sont liées se sont beaucoup développés. La création de piscines chauffées en plein hiver, le développement du ski en été sur les glaciers ou des boîtes de nuit sur les pistes ont un fort impact sur la nature et le mode de vie traditionnel des montagnards. Ce développement touristique à outrance va complètement à l’inverse de la nature. Le régime des montagnards à base de fromage notamment est peu à peu remplacé par la pizza dont il faut acheminer les composants parfois de très loin au lieu de consommer des produits locaux. Le goût de l’effort montagnard disparaît suite à l’installation de téléphériques, télésièges… y compris pour les VTT. L’habitat traditionnel en bois et pierre est remplacé par des immeubles en béton. Au final, le seul élément conservé de la vie montagnarde est la pente pour descendre la montagne. Les paysages eux-mêmes sont impactés avec le développement de la voirie pour accéder aux stations qui mutilent les paysages. Les espaces autrefois vierges sont aujourd’hui défigurés par des lignes électriques et des téléphériques. Ceux-ci par ailleurs ont des conséquences négatives sur la faune ; les rapaces, par exemple, s’électrocutent sur les lignes à haute tension et se blessent contre les câbles des remonte- pente… dans le brouillard.
La migration touristique a eu aussi un une forte influence sur l’eau et l’air, car les populations touristiques sont trop nombreuses pour les capacités et les ressources de l’espace montagnard. En effet, les cours d’eau sont surexploités en période touristique. Il est de même difficile de retraiter l’eau en altitude à cause du froid et du gel en hiver, et quand bien même, les équipements en période de forte affluence sont saturés et souvent une partie des eaux ne peut pas être dépolluée alors qu’ils ne fonctionnent qu’à 10% de leur capacité hors saison.

Le réchauffement climatique

Pour terminer, le réchauffement climatique a des conséquences importantes sur les espaces montagnards et les activités touristiques. Il entraine tout d’abord la remontée des pâturages pour le bétail et la faune en élevant l’ensemble des étages alpins. Aujourd’hui dans les Préalpes, les stations de basse altitude manquent de neige et ont donc du mal à être rentables. Seules les grandes stations d’altitude le sont et pourront continuer longtemps, comme l’Alpes d’Huez par exemple. Pour les autres, la solution passe par la neige de culture ; mais là encore, ce n’est pas sans conséquences. Il faut trouver de nouvelles ressources en eau et les stocker. Or les pentes des lacs artificiels sont souvent très raides et les animaux s’y noient, y compris les grenouilles. Les bâches foncées utilisées pour les réservoirs créent une chaleur excessive en été à cause du soleil et cela tue les têtards qui y vivent. La station de Chamrousse en particulier possède un bassin très dangereux pour les animaux. Pour produire cette neige artificielle, on utilise des produits chimiques ou des pollens pour la stabiliser et la rendre plus résistante aux températures élevées. Mais on s’est aperçu que les pollens des canons à neige augmentaient les risques d’allergie chez les enfants des communes concernées.

Vers un tourisme durable ?

Aujourd’hui une nouvelle forme de tourisme émerge et se développe, plus enclin à profiter de la nature en l’observant et en la respectant. L’agriculture, qui n’est plus forcément l’activité dominante dans certaines régions montagnardes, délaisse des terres agricoles difficiles d’accès qui sont progressivement abandonnées avec environ 800 hectares qui disparaissent par an. Le point positif est qu’il y a une augmentation de la forêt même si celle-ci n’est pas toujours entretenue. La chasse et le braconnage ont aussi beaucoup régressé dans toutes les Alpes ce qui, là encore, a eu un effet bénéfique. Ainsi le gibier a recommencé à se multiplier : cerfs, sangliers, chevreuils reconquièrent progressivement des territoires d’où ils avaient disparu. L’homme accompagne ce processus en réintroduisant certaines espèces autrefois menacées comme le mouflon, le bouquetin… ainsi la population des grands animaux augmente. Cela a un autre effet positif : celui du retour des prédateurs, que ce soit les loups venus d’Italie où ils sont protégés ou le lynx réintroduit en Suisse, en Allemagne et en France et qui redescend actuellement dans les Alpes du Sud. Les vautours, eux aussi, connaissent des campagnes de réintroduction comme dans les Baronnies et le Verdon, à l’exemple du gypaète barbu, du vautour fauve ou du vautour-moine. La « contre offensive » du tourisme écologique soutient ces actions, en visitant les différents parcs nationaux comme le Mercantour qui sont des alternatives aux stations intégrées des Alpes en conservant la nature et l’habitat naturel de la faune. Des réserves naturelles ont été créées pour protéger des espaces naturels fragiles ; un tourisme « plus nature » qui valorise ce patrimoine est donc en plein essor. Cela d’autant plus qu’il faut savoir qu’aujourd’hui l’équipement des domaines skiables devient excessivement cher et que certaines stations ne sont plus rentables. Donc plusieurs stations sont maintenant orientées vers le côté écologique comme, par exemple, dans les Abruzzes en Italie. Un parc national a été créé après le dernier grand tremblement de terre en 2009. Plusieurs villages ont construit des enclos pour observer des loups, lynx, cerfs, chamois…. Le tourisme se développe car les populations viennent voir ces animaux en enclos pour ensuite aller observer la faune dans le reste du parc. En Bavière (Allemagne) un parc national a mis en place un espace animalier gratuit (à l’exception du parking). Une ballade de 17 km a été proposée permettant, de nuit comme de jour, d’observer la faune et la flore à l’aide de guides qui font visiter le site et l’expliquent aux gens.

Balade en montagne 2

Ainsi J.F Noblet, au terme de sa « balade », a permis aux élèves de notre classe de prendre conscience de l’influence du tourisme de masse sur les écosystèmes alpins en particulier. S’il n’est pas la seule cause de nombreuses atteintes à l’environnement et au mode de vie traditionnel montagnard, il en est néanmoins une cause majeure. Mais on constate qu’une nouvelle forme de tourisme plus respectueuse de l’environnement et soucieuse de la préservation de notre patrimoine naturel, est en train de se développer. Il reste donc, semble-t-il, de l’espoir pour qu’un jour l’on puisse parler du tourisme sous l’angle de la durabilité.
Vous pouvez découvrir le blog de Jean-François Noblet sur : http://ecologienoblet.fr/ et lire son livre La nature au café du commerce : Préjugés et lieux communs sur la faune et la flore (Broché – 3 octobre 2013)

Balade en montagne 3

Arthur Poulat de 2nde 7
Cet article a été écrit en lien avec les cours d’EMC (N. Mergoux) et l’EDD (C. Lecocq-Hubert)

Réchauffement climatique et conséquences économiques. Modification des flux migratoires dans le monde

De nouveaux réfugiés les réfugiés climatiques PHOTO 2

De nouveaux réfugiés : les réfugiés climatiques

Si les migrations de population ont toujours existé et ont pour but commun de trouver une meilleure situation, elles ont aujourd’hui d’autres raisons et ne sont plus uniquement liées à des conflits ou des problèmes économiques : les modifications du climat mettent aussi sur les routes les populations fragilisées.
Les modifications des flux migratoires sont causées par différents facteurs qui poussent la population à migrer. Les migrants qui fuient les risques dus aux catastrophes climatiques dans leur pays sont appelés des réfugiés climatiques. Le changement climatique est d’ailleurs aujourd’hui l’une des premières causes des migrations humaines. Elles ont pour origines différents facteurs :
• les risques d’ouragan, cyclones, tsunami;
• fonte des glaces qui cause des inondations;
• désertification et sécheresse;
• crue et montée des eaux.
Aujourd’hui, 25 millions de migrants résident à 90% dans les pays du Sud. Pour 2050, certaines études prévoient plus de 250 millions de réfugiés climatiques.

De nouveaux réfugiés les réfugiés climatiques PHOTO

Noëmie Fayard, Léa Baudot, Meryem Karaca, 2nde 3

Cet article a été écrit dans le cadre des cours de géographie de M.L. Dumas et de l’EDD (A. L. Clément et
E. Novales) en lien avec la Villa Gillet.

 

Coup de chaud sur la terre : les réfugiés climatiques

Coup de chaud sur la terre

Pour commencer, qu’est-ce qu’un réfugié climatique ?
C’est un individu qui est contraint de quitter sa résidence en raison de l’environnement qui lui-même dysfonctionne ou bien est dégradé par le changement climatique.
Cependant, d’après le magazine Population et société de mai 2015, cette façon de qualifier les migrants est inappropriée car elle fait un parallèle implicite avec les réfugiés politiques. Concernant ces derniers, il existe un statut juridique alors qu’aucun dispositif légal n’est prévu pour ceux que nous devrions appeler « des migrants environnementaux ».
22 millions de réfugiés climatiques en 2013, autant que la population de Côte d’Ivoire
L’année dernière, le nombre de personnes déplacées à cause des catastrophes naturelles a été trois fois supérieur au nombre de réfugiés liés à la guerre, indique l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) dans un rapport publié mercredi 17 septembre. Dans le détail, en ce qui concerne les déplacés à cause de catastrophes naturelles, 31% ont dû quitter leur domicile à cause de désastres hydrologiques (inondations) et 69% à cause de catastrophes météorologiques (tempêtes, ouragans, typhons).
Les catastrophes naturelles ont créé 32 millions de réfugiés dans 82 pays.
Les principales régions touchées sont l’Asie du Sud-est et l’Afrique sub-saharienne. Les indiens de l’Arctique sont, eux, concernés par la détérioration de leur environnement. On prévoit pour 2050, près de 250 millions de réfugiés climatiques liés aux dégradations de l’environnement.
Comment prévoir le nombre de réfugiés climatiques ?
On ne peut pas prévoir le nombre de réfugiés climatiques mais cela dépend des politiques de lutte et d’adaptation aux changements climatiques et du niveau des émissions des gaz à effet de serre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pourquoi notre planète se réchauffe –t-elle ?
L’effet de serre piège une partie des rayons solaires, qui, comme la serre d’un jardinier, restent dans l’atmosphère et réchauffent la Terre. Sans lui, la température sur notre planète serait de -18 degrés et la vie n’existerait pas. Mais aujourd’hui l’effet de serre est trop important à cause des gaz polluants.
les températures sur la Terre ne cessent de croître. Les scientifiques estiment que ce réchauffement de la Terre est causé par les hommes. Le freiner prendra beaucoup de temps…
De 1901 à 1912, la température moyenne de notre planète s’est élevée de 0,89°C.
Il y a de nombreuses conséquences comme le niveau des océans qui est en train de monter à cause de la fonte des glaces polaires et de la dilatation de l’eau sous l’effet de la chaleur.
Les hommes sont-ils responsables ?
Les scientifiques sont sûrs que les activités humaines sont la cause principale du réchauffement. Certains pays se sont engagés à réduire les émissions de gaz responsables de ce phénomène mais faudra plusieurs dizaines d’années pour vérifier si les hommes sont capables de limiter le réchauffement de la Terre.
Quelles sont les conséquences climatiques ?
– Désertification et sécheresse : près de la moitié de la population du continent africain est aujourd’hui menacée par la désertification et le phénomène devrait s’accentuer dans les trente prochaines années. La plupart des déserts verront leur température augmenter d’au moins 5 degrés avant la fin du siècle et leur précipitation chuter d’environ 10% à 20%, selon un rapport des Nations-Unies. Le phénomène peut aussi se produire à l’intérieur d’un même pays : en Chine, environ 30% du territoire en souffre ;
– risque d’ouragans : l’élévation des températures pourrait produire, selon les climatologues, une augmentation de la fréquence et de l’intensité de certains phénomènes comme les ouragans. Environ 250 millions d’individus doivent faire face chaque année à des catastrophes naturelles. Selon une étude, la communauté internationale a dépensé près de 2,7 milliards de dollars depuis 1992 afin de réparer les dégâts causés par les ouragans, les raz-de-marée ou les inondations.
– fonte des glaces : en Arctique les températures ont grimpé de 1,4 degré en un seul siècle, précipitant la fonte des glaces. En juillet, le satellite de la NASA a évalué pour la première fois l’ampleur de la fonte des glaces de l’océan Arctique, elles ont perdu 70cm d’épaisseur entre 2004 et 2008. Le secrétaire général de l’ONU a déclaré : « La glace pourrait y avoir disparu en 2030. »
– crues et montées des eaux : Si les températures augmentent de 4 degrés d’ici la fin du siècle, le niveau des océans pourrait monter de plus d’un mètre et ainsi menacer jusqu’à un quart de la population mondiale. L’impact serait alors trop fort notamment dans les pays du sud-est asiatique, Shangaï, Tokyo, etc… Aujourd’hui, 634 millions vivent le long des côtes à moins de 10 mètres au dessus du niveau de la mer.

Environ une personne toutes les secondes déménage dans le monde pour des raisons climatiques…

Mayssa Nait Idir, Clara Allot, Elisa Bodin
Cet article a été rédigé lors des A.P de seconde au CDI

Turnkey une société d’économie solidaire

Turnkey une société

Dans le cadre de l’aide personnalisée, nous avons la chance de rencontrer au BIO Frédéric Farré créateur et directeur de l’entreprise Turnkey.

La société est composée de 5 salariés dont 4 en Turquie (Uniquement des femmes car Frédéric Farré les trouve très efficaces !) et réalise un chiffres d’affaire de 500000 euros par an.

C’est grâce au dispositif «rencontre avec un professionnel » proposé par Gaëlle Ducrot que nous avons pu écouter cet homme très abordable et chaleureux, au parcours atypique, et dialoguer avec lui.

Frédéric Farré a occupé divers postes au sein de multiples sociétés, cependant il a été touché, à 35 ans, comme beaucoup de nos concitoyens, par un licenciement. Pendant 6 mois il s’est alors remis en question et a opéré une profonde réflexion sur le sens de sa vie et sur son avenir professionnel. Il a compris que cette règle « gagner de l’argent et faire du chiffre d’affaires » n’était pas la sienne et qu’il voulait concilier réussite économique et éthique écologique. L’argent seul ne fait pas le bonheur ! Il a alors profité de son expérience et de sa connaissance de la Turquie pour créer une entreprise qui favorise le développement durable et l’économie solidaire.

La devise de l’entreprise est la suivante : privilégier les produits et services qui peuvent permettre de « trouver un mode de développement qui réponde aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Il s’agit concrètement de vendre à des sociétés françaises porteuses de ces mêmes valeurs des services leur permettant de s’implanter en Turquie.

Les conseils peuvent porter sur la sélection du lieu d’implantation, l’évaluation des risques et l’analyse de l’environnement industriel, le choix de la forme juridique etc. Par exemple, Turnkey a aidé une entreprise française créatrice de murs végétaux ou de jardins verticaux à s’implanter en Turquie.

Tous les produits « greenteck ou cleenteck » sont bons à être exportés. « S’orienter vers des technologies qui rendent l’avenir des jeunes meilleurs » tel est le souhait de Fréderic Farré.

Afin d’être en cohérence avec son engagement écologique, il verse 1% de son chiffre d’affaires à l’organisme « 1% pour la planète » et il a crée une association éco-responsable Natreeve project qui est engagé dans un vaste programme de reforestation. Il nous a expliqué avec passion que un quart des médicaments pour soigner le cancer provient des forêts et qu’un patient qui est hospitalisé dans une chambre avec vue sur la nature rentre chez lui une journée plus tôt !

Il nous a vivement conseillé, sur ce sujet, la lecture du livre Du bon usage des arbres de Francis Hallé aux éditions Actes Sud. La quatrième de couverture résume la finalité de cet ouvrage passionnant : « A l’attention des élus et des collectivités publiques, un petit cours sur l’arbre, sa gestion, sa culture, son rôle dans la ville, afin qu’il ne soit pas menacé par l’incompétence, le souci de rentabilité, le principe de précaution, le mépris de tout ce qui vit, quand ce n’est pas tout cela à la fois. »

En conclusion, nous pouvons dire que cette rencontre fut très plaisante mais aussi instructive car nous avons compris que le développement économique et l’écologie ne sont pas nécessairement en opposition comme beaucoup semblent nous le faire croire !

Lua Reis, éco-déléguée et Irène de Fréminville

Cet article a été écrit dans le cadre des heures d’A.P de seconde en lien avec l’orientation professionnelle (BIO) et l’éducation au développement durable (CDI)

L’or bleu, sources de conflits.

L’or bleu, sources de conflits.

Bien qu’étant source de vie ultime, l’élément constitutif des écosystèmes et la ressource la plus précieuse, l’eau est malmenée par les usages multiples et les besoins croissants de l’homme. Le problème du partage inégal de l’eau provoque des conflits transfrontaliers mais aussi des conflits d’usage au sein des Etats.
Plusieurs mises en situation s’imposent pour cibler précisément les causes de ces problèmes : « Ne s’est-on jamais réveillé le matin avec une coupure d’eau ? » nous dit l’éco-infirmier, Monsieur Philippe Perrin, venu donner une conférence à notre classe au CDI. L’eau est un luxe, une chance à laquelle, certaines populations du globe ne peuvent avoir accès normalement ou alors dans des conditions sanitaires déplorables.
Chaque année, 1,5 million d’enfants meurent dans le monde à cause d’une eau impropre à la consommation. Au total, ce sont quelque 2,6 milliards d’individus touchés par l’absence d’installations sanitaires. En termes de chiffres, la terre dispose de 1,4 milliard de kilomètres cubes d’eau, 97,2% d’eau salée et 2,8 % d’eau douce. Malgré ces disponibilités colossales, des conflits se forment en Syrie et en Irak pour l’Euphrate et le Tigre, dont les sources respectives sont localisées sur le territoire turc. Ou encore, le conflit autour du Bassin du Mékong qui naît dans les hauts-plateaux de l’Himalaya et qui irrigue la Chine où il a fait l’objet d’aménagements monumentaux sous forme de barrages réduisant ainsi le débit des pays situés en aval. Ainsi, les populations de Birmanie, du Viet Nam, de la Thaïlande, du Laos et du Cambodge se trouvent maintenues dans une situation défavorisée sur le plan économique faute d’un accès suffisant à l’eau du fleuve.
On trouve une situation similaire en Egypte où la question de l’accès à l’eau du Nil se pose avec acuité. Ce long fleuve de 6000 km prend sa source dans les grands lacs africains, traverse neuf pays avant de se jeter dans la Méditerranée en formant un vaste delta. Là encore, son cours est ralenti par des aménagements hydrauliques en amont qui pénalisent l’Egypte.
Toutes ces tensions évoluent en conflits géopolitiques qui s’accompagnent de vaines tentatives d’accords pour déterminer un droit de prélèvement qui serait équitable entre les états riverains. La difficulté résulte dans le fait que l’état situé en amont s’octroie des droits exorbitants prétextant que la source du fleuve se trouve sur son territoire.
Outre les conflits géostratégiques, la production de denrées alimentaires ou de biens destinés à la consommation requiert des volumes d’eau importants : 80 à 70% de l’eau douce sont destinés à l’agriculture, 18 à 20% à l’industrie et, le peu qui reste suffit aux usages domestiques. Par ailleurs, les besoins insoupçonnés en eau que l’on appelle « eau virtuelle » c’est-à-dire, la quantité d’eau nécessaire que le consommateur ignore pour l’élaboration d’un produit, interpellent fortement. Ainsi, pour un litre de bière, 25 litres d’eau sont nécessaires ; pour un kilo d’aluminium, 1250 litres sont utilisés ou encore, pour un kilo d’antibiotiques, 4 millions de litres d’eau partiront dans la fabrication, il nous reste donc à imaginer ce qu’une voiture pourrait coûter en litres.
Alors, une question s’impose : l’eau constitue-t-elle un bien privé que l’on peut marchander ou un patrimoine commun qui serait régi par un droit international ?
Avec la croissance démographique et l’accroissement des besoins alimentaires, certaines tensions pourraient s’intensifier à l’avenir. Selon les Nations Unies, l’eau pourrait devenir d’ici à 2050, un bien plus précieux que le pétrole.

Christophe Karam.

Cet article a été écrit dans le cadre des cours de géographie de Mme Dumas

L’association Arvel à Mongré

Je dis « tourisme », on me répond : vacances, voyage, hôtels, monuments à visiter etc. Je dis « tourisme équitable », on m’ouvre de grands yeux interrogateurs : « Mais…qu’est-ce que c’est que ça ? » « Jamais entendu parler. » ou «pff ! Encore une idée des écologistes. »
La classe de seconde 1 a entendu parler pour la première fois du tourisme équitable lors d’une conférence le vendredi 23 mai à Notre Dame de Mongré. L’orateur, Pierre Vial, est directeur d’ARVEL, une association qui propose à ses clients le tourisme le plus équitable possible.
Mais en fait, c’est quoi ce tourisme équitable ?

Pour nous l’expliquer, M. Vial nous a fait une présentation qui développe différents thèmes sur la base de trois piliers récurrents :
Les impacts environnementaux du tourisme. Ils sont positifs ou négatifs. Par exemple, la surconsommation d’eau ;
les impacts économiques du tourisme. Voici des exemples positifs : la création d’emplois, la stimulation des investissements dans les infrastructures, la contribution à l’économie locale ; ou négatifs : des emplois locaux sous qualifiés, le coût des infrastructures supporté par le pays d’accueil, la tension économique vis-à-vis des actions traditionnelles, l’inflation due notamment à l’inégalité des revenus, la forte dépendance au tourisme du pays d’accueil ;
les impacts sociaux et culturels du tourisme. Des exemples positifs : la promotion de la paix, le renforcement des communautés locales, la revalorisation de la culture et des traditions, la promotion d’échanges culturels par les actions ou la mise à disposition de la population d’équipements et de services conçus pour le tourisme ou grâce à lui ; ou négatifs : la mercantilisation, l’exploitation commerciale de la culture, la perte d’authenticité, la folklorisation, l’acculturation par adaptation aux goûts du touriste ou par l’imposition de modèles culturels, les tensions sociales face à la visibilité de l’inégalité, les tensions et conflits dus aux comportements des touristes.
Le tourisme équitable est donc étroitement lié au développement durable qui, lui aussi, repose sur les trois piliers : environnemental, économique et social. Choisir ce type de tourisme, c’est être sûr que ses vacances ne nuiront pas et même profiteront à l’environnement, à l’économie, à la société et à la culture du pays d’accueil.
Nous pouvons aussi, par des gestes simples, comme vérifier que la nourriture est produite localement, ou que les produits dit « locaux » que l’on veut acheter ne sont pas Made in China ou Made in Vietnam, adopter une démarche responsable.
Le tourisme équitable permet à un pays de s’épanouir sur une base durable et équitable.
Pour mettre en place un tel tourisme, plusieurs chartes et codes on été institués au fil des années :
– Lanzarote en 1995 : une charte sur le tourisme durable ;
– OMT en 1999 : code mondial éthique du tourisme ;
– Min tourisme en 2000 : charte éthique du tourisme en France ;
– PFCE en 2002 : charte du tourisme équitable ;
– et en 2004 : charte du voyagiste et du voyageur ARVEL.

L’association Arvel

Ainsi, on se rend compte qu’un tourisme qui profite au touriste et au pays d’accueil est moins courant mais pas inaccessible. C’est donc ça le tourisme équitable !

Arvel voyages, 31 cours Emile Zola à Villeurbanne. Tel 04/78/89/58/66
http://www.arvel-voyages.com / contact@arvel-voyages.com

Ce travail a été réalisé dans la classe de seconde 1, en lien avec  l’ECJS et l’EDD (N. Mergoux et C. Lecocq-Hubert).

Léa SANTOS et Nathan GRESLIN, seconde 1

Trois propositions d’agriculture écologique pour aider la communauté de Notsé

Dans le cadre des cours de géographie sur le thème « Nourrir les hommes » et en lien avec le projet Togo, nous avons visionné un reportage intitulé Les moissons du futur. Réalisé en 2012 par Marie-Monique Robin, il traite des solutions alternatives pour résoudre la crise alimentaire à laquelle le monde doit faire face.

Trois propositions d’agriculture

Parmi ces solutions il évoque des méthodes d’agro-foresterie et d’agro-écologie capables d’aider des pays du Sud à produire plus et de manière durable.
L’agro-écologie repose sur l’utilisation d’une combinaison de plantes visant à augmenter de façon écologique (sans pesticides et engrais chimiques) et naturelle les rendements d’une culture. L’agro-foresterie, elle, est l’utilisation d’un arbre pour augmenter les rendements agricoles.
Trois types de culture écologique nous ont paru intéressants à appliquer à Notsé.
Tout d’abord le push-pull est une forme d’agro-écologie, pratiquée au Kenya pour produire du maïs ; c’est une combinaison de deux plantes, le desmodium et l’herbe à éléphants. Le desmodium est une plante légumineuse qui fixe l’azote (engrais naturel) de l’air dans le sol et conserve l’humidité des sols. Elle a aussi comme intérêt de repousser la pyrale du maïs un insecte parasite de maïs qui ravage les cultures en creusant des galeries dans ses tiges et provoque d’importantes baisses de production. L’herbe à éléphant, dans le même temps, attire la pyrale qui vient pondre ses œufs sur son feuillage. Les larves qui en sont issues sont piégées et tuées par la substance collante produite par cette herbe. En outre le desmoduim tue l’herbe des sorcières, parasite végétal cette fois, qui s’attaque aux racines du maïs. Ainsi, grâce au desmodium, on pratique un contrôle biologique de la culture, et les rendements sont fortement augmentés, jusqu’à 120 fois plus de production sur une période de 3 à 10ans. Les bienfaits de cette technique ne s’arrêtent pas là puisque l’herbe à éléphant et le desmodium servent aussi de fourrage pour le bétail et la production de lait a été multipliée par 3 dans le même temps. Au final, les populations qui pratiquent le push-pull sont mieux nourries, et peuvent vendre leurs surplus au marché. Cela permet le développement local à moindre coût.

Ensuite nous avons retenu une forme d’agro-foresterie : la culture avec le gliricidia. C’est une sorte d’arbre légumineux comme le leucaina ou l’acacia. Elle est notamment pratiquée au Malawi. Trois fois par an, on enfouit dans le sol des branches de cet arbre, ce qui va augmenter la fertilité des sols, mais aussi conserver l’humidité et permettre ainsi de lutter contre la sécheresse. On augmente ainsi les rendements par 2 ou 3. Pour un champ de 2,5 hectares de gliricidia, 3 ans plus tard, on récupère 5 tonnes de maïs supplémentaires. Cette pratique agricole a été développée par l’ICRAF, centre mondial d’agro-foresterie.

Enfin la troisième pratique est appelée la milpa. C’est la encore une forme d’agro-écologie. Elle est utilisée au Mexique. C’est une combinaison de trois plantes vivant en symbiose (le haricot la citrouille et le maïs). Le maïs sert de tuteur pour les haricots qui sont des plantes légumineuses aussi et les feuilles de citrouille permettent de garder l’humidité du sol. Toutes ces plantes peuvent servir de fourrage pour les animaux. Leur combinaison permet d’augmenter les rendements et d’éviter aux parasites de proliférer du fait de la présence sur une même parcelle de plusieurs espèces végétales.

Ces trois formes d’agriculture écologique sont donc un espoir, nous semble-t-il, pour aider la communauté de l’Assomption de Notsé au Togo à faire progresser son agriculture, à augmenter ses rendements et donc sa production.

Ce travail a été réalisé dans la classe de seconde 1, en lien avec  l’ECJS et l’EDD (N. Mergoux et C. Lecocq-Hubert).