L’association Arvel à Mongré

Je dis « tourisme », on me répond : vacances, voyage, hôtels, monuments à visiter etc. Je dis « tourisme équitable », on m’ouvre de grands yeux interrogateurs : « Mais…qu’est-ce que c’est que ça ? » « Jamais entendu parler. » ou «pff ! Encore une idée des écologistes. »
La classe de seconde 1 a entendu parler pour la première fois du tourisme équitable lors d’une conférence le vendredi 23 mai à Notre Dame de Mongré. L’orateur, Pierre Vial, est directeur d’ARVEL, une association qui propose à ses clients le tourisme le plus équitable possible.
Mais en fait, c’est quoi ce tourisme équitable ?

Pour nous l’expliquer, M. Vial nous a fait une présentation qui développe différents thèmes sur la base de trois piliers récurrents :
Les impacts environnementaux du tourisme. Ils sont positifs ou négatifs. Par exemple, la surconsommation d’eau ;
les impacts économiques du tourisme. Voici des exemples positifs : la création d’emplois, la stimulation des investissements dans les infrastructures, la contribution à l’économie locale ; ou négatifs : des emplois locaux sous qualifiés, le coût des infrastructures supporté par le pays d’accueil, la tension économique vis-à-vis des actions traditionnelles, l’inflation due notamment à l’inégalité des revenus, la forte dépendance au tourisme du pays d’accueil ;
les impacts sociaux et culturels du tourisme. Des exemples positifs : la promotion de la paix, le renforcement des communautés locales, la revalorisation de la culture et des traditions, la promotion d’échanges culturels par les actions ou la mise à disposition de la population d’équipements et de services conçus pour le tourisme ou grâce à lui ; ou négatifs : la mercantilisation, l’exploitation commerciale de la culture, la perte d’authenticité, la folklorisation, l’acculturation par adaptation aux goûts du touriste ou par l’imposition de modèles culturels, les tensions sociales face à la visibilité de l’inégalité, les tensions et conflits dus aux comportements des touristes.
Le tourisme équitable est donc étroitement lié au développement durable qui, lui aussi, repose sur les trois piliers : environnemental, économique et social. Choisir ce type de tourisme, c’est être sûr que ses vacances ne nuiront pas et même profiteront à l’environnement, à l’économie, à la société et à la culture du pays d’accueil.
Nous pouvons aussi, par des gestes simples, comme vérifier que la nourriture est produite localement, ou que les produits dit « locaux » que l’on veut acheter ne sont pas Made in China ou Made in Vietnam, adopter une démarche responsable.
Le tourisme équitable permet à un pays de s’épanouir sur une base durable et équitable.
Pour mettre en place un tel tourisme, plusieurs chartes et codes on été institués au fil des années :
– Lanzarote en 1995 : une charte sur le tourisme durable ;
– OMT en 1999 : code mondial éthique du tourisme ;
– Min tourisme en 2000 : charte éthique du tourisme en France ;
– PFCE en 2002 : charte du tourisme équitable ;
– et en 2004 : charte du voyagiste et du voyageur ARVEL.

L’association Arvel

Ainsi, on se rend compte qu’un tourisme qui profite au touriste et au pays d’accueil est moins courant mais pas inaccessible. C’est donc ça le tourisme équitable !

Arvel voyages, 31 cours Emile Zola à Villeurbanne. Tel 04/78/89/58/66
http://www.arvel-voyages.com / contact@arvel-voyages.com

Ce travail a été réalisé dans la classe de seconde 1, en lien avec  l’ECJS et l’EDD (N. Mergoux et C. Lecocq-Hubert).

Léa SANTOS et Nathan GRESLIN, seconde 1

Projects Abroad, une organisation pas comme les autres !

Durant cette année 2013-2014, notre classe de seconde 3 a suivi des cours d’Education Civique et Sociale (ECJS). La classe a été divisée en plusieurs groupes ayant pour but de travailler sur différents sujets tous liés au développement durable.

Projects Abroad1
Les élèves traitant plus particulièrement du tourisme humanitaire ont pu contacter deux intervenantes de l’association Project Abroad : Blandine Picot et Elodie Lefèvre-Leroudier. . Ces deux personnes ont accepté de se déplacer à Mongré le jeudi 22 mai afin de participer à notre salon du tourisme durable. Elles ont présenté, toute l’après-midi, à trois classes différentes, l’association et tous les projets et missions de volontariat proposés.
Projects Abroad est une organisation internationale de volontariat, laïque et entièrement indépendante. A travers des missions de volontariat et des stages, elle permet aux volontaires de progresser dans leur développement personnel.
Créée en 1992 en Angleterre, Projects Abroad compte aujourd’hui parmi les plus grandes organisations de volontariat au monde :
Le bureau français a été créé en 2006 dans la région grenobloise et compte à présent
10 salariés.
Projects Abroad part du constat que les hommes des pays occidentaux consomment trop et ont du mépris pour les pays en voie de développement. Un des moyens de remédier à cela est l’immersion dans des pays ou régions du monde qui ne sont hélas connus qu’à travers les médias. Allez à la rencontre des populations défavorisées, partager des expériences avec elles est beaucoup plus formateur que d’écouter des discours théoriques moralisateurs et culpabilisants. Ces expériences vous changent en profondeur et de manière durable.
« Projects Abroad est donc en premier lieu une organisation d’éducation au développement qui vise à changer notre façon d’intégrer les besoins des pays en voie de développement dans notre vie quotidienne. Même si, bien sûr, nous assurons aussi que les volontaires apportent une vraie aide à la population ou à la nature locale lorsqu’ils interviennent dans le cadre d’une mission de volontariat. »
Les projets humanitaires peuvent se réaliser dans divers pays bien que ce soit souvent sur des continents ou régions défavorisés comme l’Afrique, l’Amérique latine et l’Europe de l’Est. Les missions peuvent se réaliser dans différents secteurs comme l’enseignement, l’archéologie, les soins animaliers, le journalisme, le microcrédit ou encore l’encadrement sportif.
Ces projets sont sources d’enrichissement personnel car les volontaires sont au cœur de la population.
N’hésitez pas à découvrir le stage qui vous correspond en consultant leur site Internet : http://www.projects-abroad.fr/

numérisation0013

Pour notre part, nous avons été contents de travailler sur cette thématique et fiers d’avoir réussi à bâtir ce salon au CDI. Nous avons également pu découvrir un secteur que nous ne connaissions pas et nous remercions Blandine et Élodie de leur intervention.

 

Ce travail a été réalisé dans la classe de seconde 3, en lien avec  l’ECJS et l’EDD (N. Mergoux et C. Lecocq-Hubert).

Charlotte GUSTIN, Gauthier PELLEGRIN, Ilona LEROY et Sofia BOUDALI (Seconde 3)