Un séminaire sur la solidarité à la Région

Le mercredi 20 février 2013, deux élèves de seconde 4, Matthieu Boutry et Thomas Aubert, ont assisté au séminaire des lycées éco-responsables présidé par Jean-jack Queyranne, président du conseil régional et Sylvie Gillet de Thorey, vice-présidente du conseil régional et déléguée aux lycées. Organisé par le conseil régional et sur le thème de la solidarité locale et la coopération internationale, ce séminaire s’est déroulé à l’hôtel de la Région dans le quartier de Confluence à Lyon ; il avait pour but de partager et de capitaliser la démarche des lycées éco-responsables.

Dans le cadre de l’ECJS, la classe de 2°4 réalise un projet de solidarité internationale en coopération avec une communauté éducative de l’Assomption installée à Notsé, au Togo. Les trois axes de ce projet portent sur :
le domaine éducatif, avec la création d’un échange  entre nos classes du primaire et l’école de Notsé. Nous savons que là-bas, les conditions d’enseignement sont très difficiles ; l’accès à l’école est, par exemple, impossible lors d’intempéries alors que la construction d’un pont permettrait  aux élèves de surmonter ce problème ;
le développement du jardin potager du village qui reste, à ce jour, très rudimentaire ;
la création d’un foyer destiné aux adolescents en difficulté.
Nous avons choisi ces trois pôles dans la mesure où, à Mongré, nous possédons une école primaire, un potager pédagogique biologique et un foyer des lycéens.

C’est donc dans l’optique de recevoir des conseils utiles à notre projet que nous avons assisté à ce séminaire qui dura toute la journée. Le matin, tout d’abord,  nous avons pu suivre une conférence dans l’amphithéâtre sur les enjeux et la définition de la solidarité. La grande question était : comment ces projets permettent-ils l’engagement des jeunes ?
Tout d’abord, dans sa dimension culturelle, la solidarité est la découverte de l’autre et de sa problématique, le moyen de traiter un problème au travers d’autres cultures peut être source de découvertes. Elle peut se « pratiquer » avec des personnes proches de nous géographiquement ou dans le cadre d’une coopération plus lointaine. Dans ce cas, la Solidarité est souvent entendue dans un axe Nord-Sud, en  effet l’académie de Grenoble travaille avec trois académies du Sénégal, mais la solidarité se pratique aussi dans un axe Ouest-Est, avec des actions en Russie par exemple.
La Solidarité est pensée, de nos jours, dans l’optique du développement durable et de l’écologie, car notre planète Terre, foyer de l’Humanité est un bien commun, fragile et il faut donc en prendre soin. On remarque d’ailleurs, que les populations les plus démunies sont les premières victimes de la dégradation de la planète ; beaucoup de pays occidentaux, par exemple, entreposent leurs déchets chez leurs voisins du Sud !
Mais peut-on parler de la solidarité ou des solidarités ?
La solidarité est le lien entre les êtres, ce qui les unit. C’est un sentiment qui nous pousse à aller vers l’autre, basé sur l’empathie. Si l’autre va mal, je vais mal, tel est le principe de la solidarité. Elle a une valeur humaine et se rapporte donc à l’humanisme. La Solidarité se vit souvent mieux dans une expérience à l’étranger dans la mesure où celui qui veut aider, se sent lui-même étranger.
Mais quels bénéfices tire-t-on à être solidaire ? Tout d’abord, on gagne une satisfaction personnelle, c’est le premier « moteur » de l’action ; agir avec les autres fait que l’on se sente mieux. Il est vrai que lorsqu’on part à l’étranger, par exemple, on peut se demander si on le fait pour nous ou pour autrui ! On  le fait pour les deux et l’altruisme pur est sans doute un idéal mais l’essentiel est de s’engager. On pourrait dire qu’« être solidaire, c’est être égoïste tous ensemble ».
Cela dit, pour éviter ces effets pervers, celui qui monte un projet solidaire a donc besoin d’être bien au clair avec lui-même. De plus, le projet doit être durable sinon il sera stérile.  Le montage d’un projet solidaire par des élèves reste délicat car ils ne sont ni le personnel d’un ministère ni les membres d’une association.

Vers 11h a eu lieu une table ronde avec différents lycées éco-responsables ou associations (Croix rouge, Lycée Roanne, Chervé, Noirétable…) où chacun présenta ses actions dans le cadre de la solidarité, pas forcément à l’étranger. Nous avons alors pu constater, qu’au sein des lycées éco-responsables, Mongré n’était pas le seul à monter des projets de grande envergure.
Ensuite fut remis le trophée Fluid’ Art. Les gagnants sont les élèves d’un lycée technique ayant réalisé une machine, fonctionnant à l’électricité, imitant un visage et capable de sourire et de parler !

L’après-midi, fut consacré à différents ateliers :

  • Comment créer un lien durable dans un projet solidaire ?

Le point de départ d’un projet de solidarité est le travail en réseau (ici), en partant de ce qui existe déjà au sein et autour du lycée. S’inscrire au minimum dans une dynamique existante permet de créer des liens durables, notamment en s’appuyant sur son environnement proche. On ne travaille pas seul. Durabilité ne veut pas forcément dire continuité ; de plus, les partenaires du Sud attendent d’être pris au sérieux, il ne faut pas seulement apporter de l’aide sans rien attendre en retour. On cherchera une relation bilatérale. Il faut, en plus, se baser sur ce que l’on sait faire et travailler avec les compétences dont on dispose. Il est nécessaire de profiter de la volonté de chacun et de s’organiser en visualisant bien notre objectif premier.
Comment monter un projet local solidaire ?
La méthodologie du projet est capitale. Là aussi il est nécessaire d’identifier l’idée et d’inscrire le projet dans un contexte. Ensuite il faut déterminer les objectifs du projet. Où veut-on  arriver ? On repère l’ensemble des ressources disponibles (ressources humaines, matérielles et financières) et on établit un retro-planning (gestion du temps), très important pour un suivi efficace du projet, il est nécessaire de veiller à programmer l’organisation des tâches et leur ordonnancement.

  • Comment donner au lieu de jeter ?

Différents organismes relatifs à des opérations de dons de nourriture  provenant de restes dans des cantines témoignent. Ils conseillent ceux qui auraient pour idée de suivre cette voie. Ici aussi la méthodologie est très importante, comme dans tout projet il est indispensable de s’organiser et ne pas hésiter à faire appel à des partenaires, pour être aidé. Le don de restes alimentaires est délicat du fait des exigences, par rapport aux dates limites de consommation ; en effet, il est en général interdit d’utiliser les restes, et les cantines scolaires essaient un maximum d’adapter leur production à la demande pour éviter les pertes. L’association La Cantine Savoyarde Solidarité, représentée par son directeur Alain Destournelle, récupère ces surplus de nourriture non servie de 15 établissements scolaires et en fait profiter les plus démunis en France. L’association ne fut jamais responsable d’incident sanitaire depuis sa création il y a 30 ans. Elle travaille en partenariat avec des écoles maternelles et lycées en période scolaire et avec des organismes comme les Restos du Cœur ou la Banque Alimentaire pendant les vacances.
Face au problème du gâchis, les objectifs sont de limiter les excédents de production.

  • Comment renforcer le dispositif des lycées éco-responsables ?

Suite aux difficultés identifiées telles que la mobilité des personnes dans les établissements, le manque de temps ou l’utilisation pertinente des moyens financiers (subvention de la Région), cet atelier est mené pour pérenniser le dispositif des lycées éco-responsables. Ci-dessous quelques-unes des propositions, destinées aux établissements et aux équipes éducatives  pour pérenniser la démarche :
– considérer l’engagement dans le dispositif « lycées éco-responsables » comme un engagement politique de l’établissement ;
– mieux communiquer sur le dispositif en interne, évaluer systématiquement les projets conduits ;
–  mutualiser sur ce point ;
– renouveler les approches avec les élèves, par rapport à la méthode de discussion…

  • Comment monter un  projet à l’international ?

Cet atelier est animé par M. Charbonnier  dont  l’établissement de formation d’apprentis, l’AFPM,  travaille à l’international depuis 2006, notamment au Burkina-Faso, au Mali et aujourd’hui au Laos où les élèves bâtissent un château d’eau. Pour monter un  projet à l’international,  il est nécessaire de bien connaître le pays (politique, conditions…). On peut aussi très bien monter des projets dans des pays occidentaux. Dans tous les cas, il est très important de développer un réseau, on a besoin de partenaires afin d’obtenir des fonds ou de l’aide. La région Rhône-Alpes peut financer ce projet mais pas seulement ; il est nécessaire de s’interroger sur sa propre ville ; peut-être certaines entreprises, associations accepteraient d’apporter leur aide ?

A partir de 16h, le compte-rendu de chaque atelier fut exposé avant la clôture du séminaire.

Matthieu Boutry et Thomas Aubert, seconde 4

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours d’ECJS (N. Mergoux) et en partenariat avec le CDI (C.Lecocq)

Fonte des glaciers : Danger !

 Fonte des glaciers

On vous l’a dit, l’activité humaine est un danger pour les glaciers. Le réchauffement climatique entraîne leur fonte progressive. Ce que l’on vous dit moins cependant, c’est que la fonte des glaciers est un danger pour l’humanité. Ces dernières décennies, les accidents liés aux divers effets de la fonte des glaces se sont multipliés, sans parler des effets à long terme de la fonte de quelques millions de milliards de m3 d’eau, actuellement stockés sur les continents sous forme de glace.

La fonte des glaciers en régions montagneuses a de graves conséquences : le réchauffement fragilise le glacier, provoquant la chute d’énormes blocs de glace. Ces blocs de plusieurs tonnes entraînent bien souvent dans leur chute une part du manteau neigeux dans des avalanches destructrices.

Un autre danger majeur lié au recul des glaciers est l’apparition, de plus en plus fréquente, de poches d’eau et de lacs glaciaires. Une poche d’eau se forme lorsque l’eau de fonte ne peut s’écouler naturellement ; les eaux peuvent alors s’infiltrer et former une poche d’eau dans une zone de vide dans la glace, ou entre la roche et la glace, ou bien encore s’accumuler en surface, formant des lacs retenus uniquement par un fragile barrage de moraines (gravats charriés par l’avancée des glaciers) ou de glace.

Soit la poche d’eau est pourvue d’un exutoire naturel, soit l’eau s’accumule progressivement jusqu’à ce que la pression fasse céder la glace et que l’eau se déverse alors en de brefs instants, créant le plus souvent une vague de plusieurs mètres de haut, plus communément appelée lave torrentielle : un mélange d’eau, de graviers, de rocs, de terre et d’arbres qui emporte tout sur son passage. En France le glacier le plus dangereux pour ses ruptures de poches est certainement celui de Tête Rousse, situé à 3200 mètres d’altitude au pied du Mont-Blanc. Le 12 juillet 1892, la rupture brutale d’une importante poche d’eau sous-glaciaire provoqua une lave torrentielle qui dévala la vallée de Saint-Gervais dévastant tout sur son passage, et faisant près de 175 victimes. Depuis, la poche s’est reformée et a été vidangée artificiellement a plusieurs reprises, mais malgré ces efforts, la poche menace encore la vallée du Mont Blanc.

Le danger majeur de la fonte des glaces reste celui de la montée du niveau des mers, qui entraînerait la perte d’une importante superficie côtière et surtout la disparition des villes et des habitations de ces territoires. Des pays entiers tel que les Pays-Bas se retrouveraient menacés. Le plus grand danger vient des inlandsis de l’Antarctique et du Groenland, ces immenses calottes glacières (un inlandsis fait plus de 50 000 km2 et mesure en moyenne 2000m d’épaisseur) qui couvre la quasi-totalité des terres polaires. A la différence de la banquise, dont la fonte n’accroît pas le niveau de la mer car elle est compensée par la baisse de la poussé Archimède, la fonte des inlandsis apporterait l’équivalent de millions de km3 d’eau aux océans. Par exemple, si les 2,85 millions de km3 de glace de l’inlandsis du Groenland fondaient, ils causeraient à eux seuls une élévation du niveau moyen de la mer de 7,2 mètres. Les conséquences d’une telle montée des mers seraient dévastatrices.

Si l’homme est dangereux pour les glaciers, il ne devrait pas oublier que le glacier l’est autant pour lui. Gare au Feed-back !

Andréanne Varet, Terminale S

Ce travail a été réalisé dans le cadre du programme de SVT (Mme Berger-Limone) et en lien avec l’éducation au développement durable (CDI).

Le grand dégel

Les glaciers sont à la une de l’actualité: marqueurs les plus évidents d’un réchauffement climatique aux conséquences potentiellement dramatiques, ils sont désormais l’objet de toutes les attentions. On sait maintenant que l’homme a vécu par le passé sous des climats plus chauds qu’aujourd’hui, avec des glaciers plus réduits. Mais aussi qu’à des périodes plus anciennes, d’immenses étendues glaciaires ont recouvert la planète.

L.Moreau

Dans le cadre de notre programme d’enseignement de spécialité de SVT, le mercredi 19 décembre 2012, nous avons pu assister à une conférence concernant les climats et leur influence sur les glaciers. C’est Luc Moreau, glaciologue, qui fut l’animateur de cette conférence fort intéressante. Luc Moreau est un glaciologue, docteur en géographie alpine, membre associé de l’équipe de recherche du Laboratoire CNRS Environnement et Dynamique des Territoires de Montagne ou EDYTEM, associé au laboratoire THEMA CNRS de Besançon et rattaché au projet EF1DIR. Depuis 1987, il étudie et mesure le glissement du glacier d’Argentière sur son lit rocheux, massif du Mont-blanc, pour le compte d’une société franco-suisse. Ses recherches et ses surveillances de l’hydrologie glaciaire s’appliquent à l’hydroélectricité mais aussi à la connaissance fondamentale et au risque des poches d’eau. Il travaille aussi depuis quelques années à placer des appareils photo automatiques pour mieux comprendre par l’image les dynamiques glaciaires.

Un glacier est une masse de glace plus ou moins étendue qui se forme par le tassement de couches de neige accumulées. Écrasée sous son propre poids, la neige expulse l’air qu’elle contient, se soude en une masse compacte et se transforme en glace.

Dans un premier temps, Luc Moreau nous a expliqué comment se formaient les glaciers et quels étaient les deux grands types de glaciers. La formation de ceux-ci est complexe, le glacier se forme dans une zone au dessus de 3000 mètres, où l’accumulation de la neige l’emporte sur la fonte. Au dessus de 400 mètres, la fonte n’existe pas, la neige et le glacier restent secs et froids, collés au rocher.

Il existe actuellement deux types de glaciers. En effet, la dynamique glaciaire est étroitement dépendante du régime thermique du glacier. La température de la glace est contrôlée par trois facteurs principaux, qui sont : les échanges thermiques avec l’atmosphère (contrôle climatique), le flux géothermique (contrôle géologique) et la pression de la glace et la friction (contrôle glaciologique). En fonction du régime thermique, on distingue deux catégories de glaciers :

* Le glacier tempéré :

Il a une température partout proche du point de fusion, sauf à la surface, où la température fluctue selon la saison ; à la base, il est travaillé par l’eau de fonte, dont la présence rend son glissement possible et plus rapide selon la saison.

* Le glacier froid :

Il a une température située partout en dessous du point de fusion ; il est donc gelé à sa base (pas d’écoulements d’eau). Le glacier froid se rencontre en altitude (supérieure à 4000 m dans les Alpes) ou aux latitudes très basses. Sa température est entièrement négative, ce qui influe sur son comportement : il adhère à son lit rocheux, ce qui lui permet de tenir sur des pentes bien plus raides qu’un glacier tempéré.

Les glaciers sont également révélateurs de notre climat. La mer de glace est le plus grand glacier du monde, avec 11 km de longueur !

Comme les autres glaciers alpins, la mer de glace a subi des modifications à cause des différentes variations climatiques (notamment le réchauffement actuel). De puis 1830, et sachant que nous n’avons pas connu de période glaciaire depuis 10 000 ans, le glacier a perdu plus de 160 m d’épaisseur et 2300 mètres de longueur ! La mer de glace est donc en retrait.

Mais les glaciers sont également une ressource en eau ! Les glaciers représentent en volume les deux tiers de l’eau douce sur terre. En tant que ressource en eau, on les utilise aujourd’hui pour la production d’énergie, pour l’irrigation, voir pour la glace, elle-même, dans son usage premier : le rafraîchissement ! Aujourd’hui, les nombreuses inquiétudes sur les changements climatiques, la diminution des ressources en eau douce par rapport à l’augmentation de la population, placent les glaciers au centre de l’attention et de l’intérêt du monde.

Toutefois, attention, les glaciers, sources de nombreuses rivières et de vie sont en diminution avec parfois des eaux polluées. En Himalaya par exemple, cette réduction de l’eau solide inquiète certaines populations venant puiser à la source. De plus, la ressource en eau solide est mal repartie sur terre, à tel point que certaines solutions de transport d’iceberg ont été envisagées pour les pays en manque d’eau.

Dans un second temps, Luc Moreau nous a expliqué quel lien existait entre les glaciers et les climats.

En effet, on remarque depuis quelques années déjà, que les glaciers fondent de plus en plus. Ceci est d’ailleurs bien visible sur les glaces de mer, qui, lorsque le climat est chaud, se transforment en eau qui coule directement dans les océans. Cette fonte des glaciers est d’autant plus amplifiée par le fait que les glaciers, blancs, renvoient les rayons du soleil et les océans, sombres, au contraire, absorbent ces rayons. Ce phénomène permet alors le réchauffement des eaux marines dont le contact avec les glaces implique la fonte des ces dernières.

En milieu alpin, il est possible de mesurer la quantité de glace fondue chaque été en effectuant un bilan de masse. Pour ce faire, il suffit d’insérer une sonde dans la glace pour voir de combien de mètres celle-ci fond pendant l’été.

Enfin, les glaciers permettent aussi de nous fournir des informations sur les climats antérieurs mais aussi sur la composition de l’atmosphère au cours de différentes périodes. En effet, la glace, en se formant, emprisonne des bulles d’air ancien enfermant ainsi les composants de l’atmosphère présente durant cette époque. D’autre part, si l’on étudie le rapport isotopique 180/160 sur une même couche de glace, il est possible de déterminer si cette glace a été formée durant une période froide ou plutôt au cours d’une période chaude, si la valeur de ce rapport est élevée ou faible. Plus ce rapport est important, plus la température présente lors de la formation de la glace est élevée. De cette façon, l’homme a pu reconstituer la composition de l’atmosphère primitive ainsi que les climats qui se sont succédé au cours des 800 000 dernières années. Il est possible de remarquer une évolution cyclique et périodique du climat, puisque tous les 100 000 ans, une glaciation s’opère.

Cette conférence, au final, nous a apporté de nombreuses nouvelles informations intéressantes et enrichissantes. Ainsi Luc Moreau nous a présenté son domaine professionnel en nous montrant de nombreux documents, tout en répondant à nos questions. Cela nous a permis de recueillir quelques connaissances avant d’étudier le sujet en classe.

Clémence Brunel et Jean-Christophe Bozetto / Terminale S

Ce travail a été réalisé dans le cadre du programme de SVT (Mme Berger-Limone) et en lien avec l’éducation au développement durable (CDI).

Une Oasis-nature en construction

Une Oasis-nature 2

Les éco-délégués , tous les vendredis à midi, ont mesuré, scié, cloué, vissé des morceaux de bois afin de réaliser des nichoirs et un hôtel à insectes.

Une Oasis-nature 1

Ils ont utilisé des chutes, gentiment données par Jérôme Sillans (directeur de la scierie Rossi dans l’Ain) car « rien ne se perd, tout se transforme »,  et quand on est éco-citoyen, on essaye d’être cohérent et de s’inscrire dans une démarche globale. Ainsi, c’est chouette de penser que de vieux bouts de bois, destinés au feu, auront une seconde vie et serviront de maisons pour les oiseaux !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La barrière qui sert à délimiter notre Oasis-nature a été, elle aussi, construite avec des branches récupérées à la suite d’un élagage par Pierre-Jean Poncet, paysagiste. Elle est composée de bois morts mais aussi de jeunes pousses de saules.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Reste donc à accrocher les nichoirs dans les arbres. En règle générale, ils sont placés à l’automne afin que les oiseaux les utilisent comme gîtes durant l’hiver mais en mars ou en avril, il n’est pas trop tard. La pose se fait entre 1,50m et 6m de hauteur et il faut diriger, chaque fois que cela sera possible, l’ouverture vers le sud ou le sud-est. Celle-ci ne doit pas être exposée aux vents dominants et elle doit pencher légèrement vers le bas afin d’éviter que la pluie y pénètre.
Dans tous les cas, les nichoirs ne devront pas être exposés toute la journée au grand soleil ou à l’ombre permanente.

Il nous faut également garnir notre hôtel à insectes.

Mais quels matériaux utiliser et pour quels insectes ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme nous avons suivi une conférence de la FRAPNA et avons bénéficié des conseils d’Aurélie, notre animatrice, nous savons que:

  • la paille pourrait accueillir les jolies chrysopes, dont les larves se nourrissent de bien des parasites : pucerons, cochenilles farineuse, aleurodes (ou mouches blanches), thrips ou œufs d’acariens ;
  • des pots de fleurs retournés et remplis de foin pourraient attirer les perce-oreilles qui aiment les nuisibles comme les pucerons ;
  • des bûches percées deviendront un abri très apprécié de nombreux pollinisateurs bien utiles comme les abeilles et guêpes solitaires, dont les larves se nourrissent de pucerons ;
  • quelques fagots de tiges à moelle, comme le rosier ou le sureau, offriront des abris idéaux pour les syrphes et autres hyménoptères ;
  • des planchettes rapprochées seront bénéfiques pour les coccinelles qui viendront y passer l’hiver. Leurs larves consomment énormément de pucerons ;
  • des briques  et des tiges de bambous serviront d’abri aux osmies, des abeilles solitaires qui pollinisent les premières fleurs des arbres fruitiers, dès le mois de mars.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Demain, 05 avril, la météo annonce de la pluie mais qu’importe ! Nous nous retrouverons dans le parc afin d’avancer dans la réalisation de notre Oasis. Le temps presse…son inauguration « officielle » est prévue le 15 avril.

C.L

Un projet de covoiturage en marche : comment aider notre planète à aller mieux ?

Un projet de covoiturage1

A l’occasion d’une réunion concernant l’élaboration d’un plan de déplacement inter administratif, nous nous sommes rendues, accompagnées de Mme Novales au siège de la Communauté d’Agglomération de Villefranche sur Saône. (La CAVIL).

La réunion à commencé par un tour de table permettant à chacun d’exprimer ses attentes ainsi que les problématiques rencontrées et les besoins particuliers. De nombreuses administrations et associations de l’agglomération de Villefranche étaient présentes. L’agence Auxilia, chargée de conseils imaginatifs en développement durable, nous a présenté son projet de mobilité sur le territoire, ses enjeux et ses objectifs. Celui-ci vise à rassembler les établissements (entreprises, administrations, scolaires, etc.) autour d’un projet fédérateur afin d’améliorer les conditions d’accessibilité aux zones d’activités. Pour beaucoup d’entre nous, la voiture reste le moyen privilégié pour se rendre au travail. Pourtant, l’idéal serait de favoriser des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle. Prix du carburant, pollution, sécurité (accidentologie sur les trajets domicile-travail), perte de temps etc., la voiture présente beaucoup d’inconvénients ! Ainsi, que ce soit pour des raisons de santé publique ou pour des motifs économiques et écologiques, il est urgent de chercher de nouvelles solutions.

Auxilia va procéder à une enquête sur la mobilité auprès de toutes les entreprises et administrations intéressées. Le questionnaire comportera un certain nombre de questions et en voici le document publié par la CAVIL :

DU 15 AVRIL AU 3 MAI 2013, UNE GRANDE ENQUÊTE SUR VOS DÉPLACEMENTS !

La Communauté d’Agglomération de Villefranche-sur-Saône lance un Plan de Déplacements « Mobil.iZy » auprès des établissements du centre-ville et de la Zone Industrielle-Nord.

Ce plan de déplacements répond aux enjeux représentés par nos déplacements quotidiens, qu’ils soient des déplacements professionnels ou des déplacements domicile-travail. L’objectif de cette démarche est d’offrir à tous de nouvelles solutions en matière de déplacements, afin de les rendre plus sûrs, moins polluants et moins coûteux.

Comment faire ? C’est très simple ! Il suffira de répondre à une enquête à partir du lundi 15 avril. Pas de papier ni de perte de temps, tout se fait en ligne directement sur internet, une dizaine de minutes suffisent pour la remplir.

Nous comptons sur vous pour obtenir lors de cette enquête des réponses qui soient les plus justes possibles. Elles sont absolument nécessaires car c’est sur cette base que les propositions d’actions seront faites.

Bien évidemment, l’anonymat du questionnaire est préservé.

Un projet de covoiturage2

Cette réunion nous a confortées dans notre projet de covoiturage à Mongré et nous avons pu voir que beaucoup de personnes soutenaient ce projet, ce qui nous motive davantage.

En espérant que ce projet voie le jour, restons mobilisés pour notre planète en réduisant nos trajets quotidiens.

 Clémence Vérot (Tle S3) et Fanélie de Serres (Tle ES2)

Tous sur la même Terre, soyons solidaires !

Nous avons rencontré Hervé DERRIENNIC,  le président de l’association Collectif d’Action Rhône Alpes (CADR) qui nous a défini la solidarité internationale. Elle représente la fraternité, l’égalité et l’humanité. Être solidaire c’est donc agir pour une bonne cause car nous appartenons tous à la même planète, donc à une même famille, et ainsi nous éviterons l’égoïsme et l’individualisme. Il faut être solidaire envers les pays en voie de développement. En tant qu’élèves et citoyens responsables, nous voulons être acteur. C’est pourquoi nous voulons monter un projet à caractère innovant et incluant une réciprocité de l’échange avec les partenaires des pays en coopération. Hervé Derriennic a bien insisté sur cette dimension de réciprocité qui peut être définie comme un échange équivalent entre deux groupes ou deux personnes. Elle implique un investissement des acteurs dans un partenariat qui profite à chacun. Bien sûr, les apports seront différents selon les partenaires mais nous ne souhaitons pas nous positionner dans une logique d’assistanat. Hervé Derriennic nous a distribué un document intitulé « la solidarité internationale, ça me parle ! » comprenant des questions précises comme : « Pour quoi être solidaire ? » « Pour qui être solidaire ? » « Qui je (nous) suis (sommes) pour être solidaire(s)? » etc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En groupe, nous avons tenté d’y répondre et avons compris que nous avions, nous aussi, beaucoup à apprendre des gens qui vivent dans des pays en voie de développement.

La véritable réciprocité doit permettre un enrichissement mutuel par l’échange de savoir et de savoir-faire et cela implique que l’on se détourne de nos habitudes néo-colonialistes où les plus riches arrivent chez les plus pauvres avec des projets clés en main.

Tous sur la même Terre 2 

Nous avons choisi de bâtir notre projet de solidarité internationale avec une communauté qui se situe à Notsé au Togo, car Ana Senties qui est une des sœurs de l’Assomption nous a dit que ces gens avaient besoin d’aide. Sœur Ana est déjà allée là-bas et nous a montré des photographies du village et de ses habitants. Nous avons découvert à quel point les conditions de vie de ces gens sont rudimentaires en comparaison avec les nôtres.

D’après les sœurs de l’Assomption qui vivent là-bas et qui vont nous servir d’intermédiaires, le village aurait besoin d’un pont car les élèves de l’école primaire ne peuvent pas se rendre à l’école par temps de pluie puisque la piste devient impraticable. De plus, leur jardin potager est très pauvre et la fourniture de matériel agricole (houes, machettes, arrosoirs etc.) ou de semences serait la bienvenue.

Alors, c’est apparu comme une évidence, même si notre objectif premier n’est pas d’assister matériellement ces gens, ils ont quand même besoin d’aide financière.

Après réflexion et concertation, la classe a donc décidé de demander à la Région Rhône-Alpes une subvention intitulée « Solidarité internationale : passeport solidaire » et deux élèves se sont rendus le 20 février à un séminaire organisé par le Conseil Régional sur ce sujet. L’atelier intitulé « Comment monter un projet à l’international ? » nous a beaucoup aidés et confortés dans nos intentions.

Voici, en résumé, les conseils à suivre pour monter un projet de solidarité internationale :

  1.       Bien s’entourer de compétences et d’expertises  (associations, collectivités, établissements scolaires etc.) afin de bien monter son projet et de partir de son environnement proche.
  2.      S’interroger sur ses objectifs et ses attentes, et les partager.
  3.     Choisir la modalité la plus adaptée à son projet, ses objectifs et ses capacités

Enfin, nous avons décidé de communiquer sur notre projet solidaire en organisant un salon du tourisme durable au CDI en mai prochain.

Bien plus qu’un soutien financier, nous voulons que notre projet soit un véritable échange humain !

Soline Chamey et Betül Rayman (2de 4)

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours d’ECJS (N. Mergoux) et en partenariat avec le CDI (C.Lecocq)

Un éco-infirmier en cours de SVT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mardi 23 janvier, Christophe PERRIN, un éco-infirmier basé en Savoie, est intervenu durant environ 1h30 dans notre classe pendant le cours de SVT, et ce afin d’aborder le thème de « cancer et environnement ».

Celui-ci nous a alors rappelé les différentes étapes d’une cancérisation dans un organisme: l’initiation, la promotion, la progression et enfin l’invasion ; mais aussi ce qu’était un cancer: les cancers sont des maladies qui peuvent affecter toute partie du corps humain.

Par ailleurs, « un cancer n’est pas le fruit du hasard ». Il est dû à une exposition du corps à des facteurs externes qui peuvent relever de substances professionnelles telles que la radioactivité dans les centrales nucléaires, l’amiante, le plomb…

En France, certes la « recherche progresse, mais le cancer aussi » ! En effet, en 1980, le nombre de nouveaux cas par an était alors de 160 000, contre 320 000 nouveaux cas en 2005, soit le double.

Un cancer peut être induit par des facteurs environnementaux qui peuvent être soit des facteurs dits non choisis comme la pollution de l’air par exemple, soit des facteurs dits choisis que l’on retrouve dans notre vie quotidienne concernant notre alimentation, notre exposition au soleil et ainsi aux rayons UV, notre sédentarité …

Il a en effet été prouvé, après une évaluation du risque qui se déroule en quatre étapes, qu’une trop forte consommation de viande rouge, au niveau de l’alimentation, augmentait le risque d’avoir un cancer du sein. Il ne tient donc qu’à nous de réduire ce risque en réduisant notre consommation de viande rouge !

L’évaluation du risque permet de dire si un produit est ou non cancérogène pour l’homme. Elle est le fruit d’une succession de nombreuses études scientifiques, toxicologiques et épidémiologiques (composées d’expériences)  qui confirment ou non l’hypothèse de dangerosité du produit concerné.

Lorsqu’un risque est décelé et découvert, c’est à l’Etat d’intervenir en établissant des normes, des plans (comme par exemple le Plan Cancer en 2003), des campagnes de sensibilisation pour prévenir la population (par exemple contre l’exposition aux rayons UV sous toutes leurs formes). Actuellement, on parle des risques liés à l’utilisation des pesticides, particulièrement pour les agriculteurs.

Pour conclure, nous pouvons réduire notre risque d’avoir un cancer à travers une succession de gestes simples dans notre vie quotidienne comme éviter de se placer dans la direction des fumées qui sont toutes cancérigènes pour l’homme, avoir une alimentation plus saine, limiter les longues expositions au soleil sans protection (crème solaire, lunettes de soleil…), se faire dépister régulièrement si les risques d’avoir un cancer, liés à nos activités, sont élevés, faire une activité physique quotidienne telle que la marche, arrêter de fumer et de boire de l’alcool de façon excessive…

Le nombre de cancer par an continue d’augmenter. A nous d’inverser la tendance en sensibilisant notre entourage aux différents gestes et mesures de protection !

EarthTalkChemicalsCancer

Marion Marduel et Ghilhem Chatelet 1ère S3.

Ce travail a été effectué dans le cadre des cours de SVT avec Mme Larcher.