Œuvrer pour la biodiversité

dav

Les éco délégués « apiculteurs » et les adultes référents ont découvert l’univers des abeilles,  accompagnés d’un spécialiste : Serge Gyurkovics.

Différentes activités théoriques ont permis de mieux connaitre la vie et l’organisation des abeilles dans une ruche : recherches documentaires, réalisation d’affiches, projection de vidéos, présentation d’une exposition à la fête de l’école de juin 2016.

En pratique, les élèves ont pu découvrir une ruche pédagogique, se familiariser avec les quelques outils indispensables (enfumoir, combinaisons) à l’entretien d’une ruche.

Après commande d’un essaim (une reine et sa colonie soit 10 000 individus) et du matériel nécessaire, une ruche fut installée en mai 2016 au 1er étage sur la coursive est de Mongré.

Une autorisation préfectorale a été délivrée, accompagnée du numéro d’API, réglementairement indispensable.

Au cours de l’été 2016, la première récolte a fourni 15kg de miel. En septembre 2016, 3kg de miellat ont été recueillis, à la plus grande joie du groupe d’éco délégués Apiculteurs, qui les déguste à chaque rencontre.

Les éco délégués « jardiniers », se sont retrouvés en novembre 2016 pour désherber les parcelles et planter les bulbes qui se développeront au printemps.

Bravo à cette équipe de collégiens, qui, après quelques instants d’hésitation et de retenue, osent se mettre à genoux, les mains dans la terre malgré le froid.

 

Le projet « Erasmus Plus »

le-projet-erasmus

« Erasmus +» est un programme initié par l’Union européenne, qui favorise l’échange entre élèves en Europe et qui vise à développer non seulement leurs connaissances mais aussi leur savoir-être et leur savoir-faire tout en  renforçant la coopération entre pairs.

Depuis maintenant un an, Mongré a établi et développé un partenariat avec deux autres établissements européens . En effet,  parmi les conditions pour pouvoir postuler à un projet Erasmus +, il faut au minimum trois partenaires.  Le premier d’entre eux est le collège public « Efeuweg » il est situé à Neukölln, un quartier défavorisé de Berlin en Allemagne. Le second est le lycée catholique « Broeder School », à Roeselare,  petite ville de la Belgique flamande, qui se situe à environ 30 km de Bruges.

Nous sommes très heureux, et fiers, que notre dossier ait retenu l’attention des responsables  d’Erasmus +. En effet,  ces projets sont très appréciés car financés par des subventions européennes qui  permettent ainsi  de mener des échanges et des activités pédagogiques sans être confrontés aux difficultés budgétaires. Erasmus + est donc l’objet de nombreuses candidatures de la part des établissements scolaires de tous les Etats membres de l’UE, mais beaucoup sont refusées. Or, nous avons été sélectionnés, avec nos partenaires, dès notre première  participation. En contrepartie l’UE est très exigeante en ce qui concerne la qualité des projets, tant sur le plan des contenus pédagogiques et des objectifs, que sur les moyens de faire connaitre ces projets eux-mêmes.

Alors concrètement qu’allons- nous faire ?

Notre projet s’intitule : « N’attendons plus pour être éco responsables ! »

Fort de son expérience dans le développement durable, Mongré qui vient d’obtenir le renouvellement du label  E3D niveau expert  pour trois ans est le fer de lance de ce projet. Il s’agit ainsi de partager nos expériences de développement durable et d’aider nos partenaires allemands et belges à développer les leurs.

Ainsi les éco-délégués du lycée vont exposer  aux lycéens de Broederschool  et à leurs camarades berlinois, qui nous rendent visite du 5 au 11 mars 2017, toutes les actions mises en place depuis plus de 10 ans à Mongré dans le cadre d’un speed-dating des actions menées. Nos hôtes pourront alors repartir avec des projets et idées éco-durables, éco-responsables,  à pérenniser dans leurs propres établissements.

L’autre intérêt de cette démarche d’échanges est que les élèves devront s’exprimer en plusieurs langues (en français, en anglais,en allemand), dans le but de réaliser lors de la session à Mongré des œuvres d’art et un défilé de mode uniquement à l’aide de déchets recyclés. Les Allemands et les Belges feront aussi la visite guidée du quartier durable des Confluences à Lyon et de la Demeure du chaos à Saint- Romain -au -Mont-d’Or .On leur présentera aussi le futur éco- quartier à Villefranche dont la construction vient de démarrer.

En 2018,  ce sera au tour des Allemands d’accueillir l’échange. Nous partirons les rejoindre avec quinze élèves éco-délégués pour travailler avec eux et nos partenaires de Belgique et  découvrir l’établissement berlinois d’Efeuweg.  Le thème sera  plus particulièrement axé sur la nourriture et l’alimentation. Enfin en 2019, le troisième voyage nous conduira dans le dernier pays hôte, en Belgique, à Roeselare, où la thématique sera orientée sur le climat.

Quels sont les objectifs de ce projet « Erasmus plus » ?

Ce projet a plusieurs objectifs.

Tout d’abord, il a pour but d’encourager les élèves à s’impliquer encore plus dans la protection de leur environnement local et à s’engager vers la mise en place d’un comportement éco-responsable, en tant que futur éco-citoyen.

Il doit aussi permettre l’enrichissement mutuel à travers les pratiques éco- responsables, l’échange en plusieurs langues,  mais aussi, grâce à l’ouverture à la différence, en faisant se rencontrer des élèves de nationalités, d’origines sociales et de cultures différentes.

Un tel projet donne finalement tout son sens à l’école, actrice de la transformation de la société par la transmission de savoirs qui influe sur les générations futures.

M.L Dumas, M. Combrichon et N. Mergoux, professeurs responsables du projet

Les déchets du restaurant scolaire

Dans le cadre des animations « Développement Durable » du collège, un groupe d’éco délégués qualifiés de recycleurs est chargé du ramassage régulier des corbeilles à papier de l’ensemble de l’établissement (collège, lycée, bureaux). Au self, ponctuellement, 3 à 4 fois par an,  ce même groupe aide au tri des déchets alimentaires et plastiques avec une sensibilisation au gaspillage et au recyclage.

En effet, trop de nourriture reste dans les plateaux et donc est jeté ! Beaucoup de contenants (pots de yaourts) sont pour l’instant incontournables.

Les journées « zéro déchet » présentent des résultats encourageants mais variables en fonction de la composition des menus et de la quantité servie dans les assiettes.

Date Nombre de plateaux Déchets alimentaires Déchets plastiques Menu
 

01/02/16

700  

38g/plateau

7kg
Julienne de légumes
Pâtes aux petits légumes
Sauté d’agneau au curry
Saucisses de Toulouse
 

15/03/16

680  

56g/plateau

9kg
Sauté de veau aux épices
Quenelles aux olives
Petits pois au jus
Riz créole
 

01/04/16

350  

23g/plateau

4,4kg
Frites
Haricots verts
Porc à la moutarde
Filet de lieu à la tomate
 

30/05/16

655  

46g/plateau

14kg
Frites
Chipolatas
Gratin de poireaux
Filet de poisson au four
 

18/10/16

« sans sensibilisation »

1250  

37g/plateau

 

?

Emincé de volaille aux épices
Filet de lieu au citron
Pommes rissolées
Blettes au jus

L’équipe s’engage à poursuivre ces actions éco citoyennes en 2016-2017.

« Adapter les quantités de nourriture à ses besoins, réaliser un tri plus performant, imaginer des solutions de remplacement au plastique » restent les préoccupations des éco délégués et du personnel de restauration dans le respect de notre engagement E3D.

Mongré, double médaille d’or de l’E3D !

Mongré, double médaille d’or

Répondant à l’invitation du rectorat, nous nous sommes rendus le 8 juin à Canopé-Lyon afin d’assister à la cérémonie de remise des labels E3D (Etablissement en Démarche de Développement Durable).

En présence de Alban Heinrich, inspecteur d’académie – inspecteur pédagogique régionale (IA-IPR), coordinateur EDD et de Marie-Laure JALABERT (IA-IPR), nous avons écouté les discours Pierre Arène, secrétaire général de l’académie de Lyon, représentant de la rectrice Françoise Moulin Civil et de Béatrice Berthoux, vice-présidente déléguée aux lycées représentant Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Certains partenaires incontournables comme le Département ou encore le Graine (Réseau Régional pour l’Education à l’Environnement Durable) sont également intervenus.

Nous avons appris que sur les 567 collèges et lycées de l’Académie de Lyon, seuls 60 ont été labellisés dont : 33 en niveau 1 (engagement), 21 en niveau 2 (approfondissement) et 7 en niveau 3 (déploiement).

Mongré, double médaille d’or4

Mongré a reçu deux diplômes de niveau 3, un pour le collège et un pour le lycée. Nous en sommes très fiers ! C’est une belle reconnaissance de l’investissement des élèves et du travail effectué depuis plus de dix ans en matière d’éducation au développement durable.

Mongré, double médaille d’or5

L’après-midi, c’est autour d’affiches et de panneaux apportés par les établissements que nous avons pu échanger sur nos pratiques écoresponsables et les différents projets qui nous portent à cœur.

Mongré, double médaille d’or3Mongré, double médaille d’or2

Nous sommes repartis avec un objectif : obtenir d’ici quatre ans, date de renouvellement du label, le diplôme pour l’école. A ce jour, seule l’école primaire de Beauvallon à Saint Héand a été récompensée de ses efforts.

Cécile Lecocq Hubert, référent E3D

 

 

Les piscines chauffées extérieures, vous aimez ?

les piscines chauffées

Pas mal non ?! Les piscines chauffées extérieures intéressent les nombreux touristes en montagne. En effet, la température extérieure étant assez basse, ces piscines offrent de bonnes occasions aux touristes de venir en vacances, se relaxer tout en se réchauffant et accompagnés d’un beau paysage.

Mais ces piscines sont des problèmes pour la planète et notamment pour la montagne. En effet, elles consomment énormément de chauffage et donc d’énergie, ce qui favorise le réchauffement climatique. De plus, le défrichement de nombreux espaces pour la réalisation de ces piscines est important et envahit de nombreux espaces.

La piscine extérieure chauffée : un endroit pour prendre du bon temps mais mauvais pour l’environnement !

Seconde 7

Cet article a été écrit à la suite de la sortie dans le massif des Monts de la Madeleine le 29 mars 2016.La sortie, animée par l’association Madeleine Environnement, portait sur la biodiversité (SVT, C. Larcher), le tourisme durable (EMC, N. Mergoux), en lien avec l’EDD (C. Lecocq Hubert).

L’agropastoralisme

L’agropastoralisme

L’agropastoralisme est une pratique qui lie l’agriculture et l’élevage. Il est plus fréquent dans les zones délaissées par l’agriculture, et en particulier dans régions semi-arides ou montagneuses dans lesquelles les différences climatiques sont marquées entre la saison froide ou chaude.

Le maintien de troupeaux d’une certaine densité dans le paysage agricole ou forestier présente parfois un grand intérêt éco-paysager pour l’entretien de clairières, de corridors écologiques, de milieux ouverts ou pour la lutte contre les incendies en période sèche. De plus, les animaux transportent de nombreux organismes et peuvent enrichir le sol de leurs excréments ou nourrir d’autres animaux nécrophages quand ils meurent.

Les enjeux agro-environnementaux.

Comme toute forme d’exploitation des milieux, l’agropastoralisme modèle et transforme les paysages et leur biodiversité et ce, depuis la préhistoire[]. semble-t-il [][]. Au-delà de certains seuils, une dégradation importante et durable des milieux est possible, notamment durant les épisodes de sécheresse comme au Mali[].

Il peut présenter des aspects négatifs: si les animaux sont en surnombre ou présents trop longtemps au même endroit, ils exercent une pression trop forte sur le milieu et cela entraîne une situation de surpâturage. Si elle perdure ou s’étend à grande échelle, les cheptels peuvent alors contribuer à dégrader les sols et à un effondrement de la biodiversité.

Peut-on protéger le loup tout en maintenant l’agropastoralisme ?

Témoignage d’une attaque : « Ce sont 31 brebis qui auraient été victimes d’attaque de loups, principalement lors d’une grosse attaque sur des troupeaux en estive, en août, sur la petite commune de Dourbies. L’un des éleveurs en a perdu dix-huit malgré la présence d’un berger qui les gardait. S’il a été quasi inexistant dans les Pyrénées-Orientales, le loup s’est en revanche fait remarquer dans l’Aude, où ses attaques à répétition dans le secteur du Razès avaient provoqué la colère des agriculteurs. En Lozère, en revanche, le canidé a été particulièrement actif  avec plus de 300 bêtes tuées. »

Pourtant, le loup est une espèce strictement protégée en France comme en Europe. Elle figure dans l’arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères protégés sur le territoire national et les modalités de leur protection. La France représente un cas exceptionnel en Europe de reconstitution d’une population de loups (réapparus de façon naturelle dans le massif du Mercantour) à l’échelle d’un pays où il avait disparu au début du XXème siècle.

L’usage des chiens de protection a été demandé par les autorités. Ils sont devenus indispensables mais leur introduction dans les troupeaux pose des problèmes financiers et de surcharge de travail. Les éleveurs de petits troupeaux financent les mesures de défense supplémentaires à 100 %. Par ailleurs, les troupeaux de moins de 150 animaux ne sont aidés financièrement que pour un chien.

De plus, les conflits avec les autres usagers de la montagne sont de plus en plus fréquents et peuvent se terminer au tribunal. D’autre part chaque année des chiens de protection sont blessés ou tués lors des attaques.

Le collectif Cap-Loup qui réunit des associations engagées dans la protection du loup dénonce lui, les rumeurs, les erreurs et les contre-vérités les plus grossières qui ont été colportées par des responsables du monde agricole, des chasseurs, et par des élus.
Ces associations souhaitent la présence de l’espèce en France et pensent que  la cohabitation entre le loup et les activités humaines est possible.

Après quelques décennies d’absence à la suite de sa destruction par l’homme, voilà plus de vingt ans que le loup est revenu naturellement en France, par ses propres moyens.

Le loup (« Canis lupus ») est une espèce protégée par la loi, mais pas toujours par nos élus. Pourtant, 76 % des Français considèrent que le loup a toute sa place dans la nature en France, et 80 % sont farouchement opposés à son éradication. Seulement 6 % de nos compatriotes se montrent fermement opposés à sa présence, notamment chez les plus de 65 ans.

Les protecteurs du loup estiment que toute une série de mesures existent pour protéger le bétail (berger, clôtures, chiens). Elles sont efficaces si elles sont bien mises en œuvre. Les troupeaux bien gardés ne sont pas ou très peu l’objet de prédations. La prédation sur le bétail ne sera jamais complètement nulle partout, mais un mode de conduite des troupeaux adapté permet de la réduire drastiquement voire de l’annuler localement.

 Seconde 7

Cet article a été écrit à la suite de la sortie dans le massif des Monts de la Madeleine le 29 mars 2016.La sortie, animée par l’association Madeleine Environnement, portait sur la biodiversité (SVT, C. Larcher) et le tourisme durable (EMC, N. Mergoux), en lien avec l’EDD (C. Lecocq Hubert)

 

 

 

Les pistes vierges des montagnes lointaines

 

Les yeux encore emplis d’étonnants paysages

Le sourire jaillit comme une source claire.

Le temps se consumant ne peut lui faire ombrage

Et sortant de la nuit, ma mémoire s’éclaire.

 

De tous ces voyages entrepris maintes fois

Sur les pistes vierges des montagnes lointaines,

Par ces panoramas admirés par certaines,

L’appel de la nature est bien ancré en moi.

 

Les contrées traversées par mes foulées voraces,

Ravissaient mon regard aimant les grands espaces.

Sur le toit d’un sommet aux neiges éternelles,

Je contemplais souvent les étoiles du ciel.

 

La nostalgie me prend lorsque ces souvenirs

Reviennent tout à coup sous l’averse d’orage

Et que mon baluchon me pousse à repartir

Admirer la beauté de ces terres sauvages.

 

Mais déjà dans le ciel, le soleil se meurt

La montagne s’endort, et je vais souffrir,

Malgré le froid qui tombe, je ne peux que sourire,

Ces paysages fabuleux sont ancrés dans mes mœurs.

                                                                                              Pauline Gerardin, Première ES1

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet interdisciplinaire sur la montagne, en lien les cours de français (C. Rivoire) et l’EDD (C. Lecocq Hubert), et avec le soutien financier de la Région.