Demain, film de Cyril Dion et Mélanie Laurent

Comment  réenvisager  la démocratie et redonner du pouvoir à la société civile ?

Cette partie du film dépasse notre vision de l’écologie pure et dure : que fait donc la démocratie dans un film qui parlait de légumes  trois chapitres plus tôt ?

 La démocratie est le régime politique de l’expression publique et citoyenne. Or, force est de constater que les démocraties modernes sont décevantes sur certains points. Comme le montre le film, les politiciens ont perdu le lien qui les unit à l’intérêt général. Par ailleurs, les affaires de corruptions ont éclaboussé l’image puritaine de la politique depuis fort longtemps,  de Berlusconi aux mails de Clinton en passant par les évasions fiscales.

Demain ne présente pas de solutions après ce bilan mais plutôt une prise de conscience sur notre rôle de citoyen en prenant pour appui la situation islandaise.

Après la crise de 2008, celle des célèbres subprimes, l’Islande a connu une vague de tensions sociales à la  suite d’une augmentation du chômage sans précédent dans le pays. Ainsi, les citoyens se sont rebellés face au pouvoir en place en dénonçant le travail des politiciens au moment même où des histoires de corruptions éclataient.

La population n’étant plus dupe, a demandé la démission de ses dirigeants pour créer des comités citoyens,  pour se réapproprier le pouvoir et contrôler les institutions.

Ainsi, les nouveaux élus et les membres du gouvernement sont dorénavant tirés au sort parmi la population. Cette forme de pouvoir, n’est rien d’autre que de la démocratie directe dans laquelle le peuple est directement chargé de la politique et non plus confiée à des « professionnels ».

Le film Demain nous fait donc prendre conscience que notre rôle de citoyen ne se limite pas,  comme on peut le croire,  à une position fixe de « voteur-passif » mais bien à une nécessité d’interaction avec la société civile.

Certes, un soulèvement comme en Islande semble un brin « réactionnaire » mais, à notre échelle, il nous est possible d’agir de différentes manières en tant que citoyen français « actif ». Cela peut passer par le milieu associatif ou bien par un engagement politique plus probant.

Julien Grisoni, Terminale ES1, élève éco-délégué et  membre du comité de pilotage.

.

Une approche analytique de DEMAIN

 Comment concilier économie et écologie ?

Le troisième chapitre du film DEMAIN veut se projeter dans un futur optimiste ;  ce passage du film se révèle intéressant car il met en perspective deux univers habituellement  vus comme opposés voire ennemis : l’économie et l’écologie.

Tout d’abord, les protagonistes du film nous présentent un constat sur l’économie mondiale et son caractère « non durable ». Avec un système qui se base sur la recherche constante et à tout prix du profit des actionnaires, sur la suprématie des banques comme  gardiens des liquidités mondiales ou bien comme des pourvoyeurs d’argents, à ce souci près qu’elles demandent un retour sur investissement exponentiel.

Ainsi, l’économie mondiale s’apparente de loin à un doux cauchemar où l’écologie rime avec utopie (d’écolo) et l’humain avec frein ( à la croissance ). Or, nous savons où l’économie mondiale aime à nous balader : de la croissance à la crise, il n’y a qu’une courbe !

Cette randonnée périlleuse pendant laquelle les profits prennent le pas sur le social, le renouvelable,  et l’humanité est en train de rendre la Terre exsangue.

Heureusement, pour nos futures générations, l’avenir ne sera pas forcément dicté par Goldman Sachs dans des bureaux sombres et austères dans lesquels les milliards s’échangent comme nous échangions nos bonbons dans la cour de récré.

Des solutions sont apportées dans ce film pour une économie innovante, durable et humaine.

En premier lieu, nous est présenté le système des monnaies locales et des monnaies interentreprises ;  plus besoin de passer par les banques pour obtenir un crédit avec un taux d’intérêt contraignant. Il nous suffit d’échanger de l’argent entre particuliers ou professionnels avec des taux  faibles voire inexistants pour encourager l’innovation : adieu la créance,  bonjour la confiance !

Les « humains » peuvent ainsi s’échanger des capitaux non plus en se basant sur la contrainte d’un taux d’intérêt mais sur la confiance qu’ils s’accordent entre eux comme nous le montre dans le film le comité de 35 000 entreprises qui s’échangent des idées et des capitaux en Amérique.

Ensuite, nous découvrons l’exemple de sociétés qui savent allier profit et durabilité, avec des mesures écologiques simples comme le remplacement du papier feuille par du papier recyclé ou bien par l’utilisation intelligente des locaux, panneaux solaires, récupération d’eau de pluie et mur végétal. Les esprits sceptiques nous diront que cela n’est que de la déco de façade. Pire ! Une perte de temps… Détrompez-vous, ces quelques évolutions, loin d’être insignifiantes, améliorent d’une part, l’empreinte écologique des entreprises mais aussi la production, car le respect de l’environnement est toute une philosophie qui inclut le respect de l’Homme au travail.

Pour nous, lycéens éco-responsables, ce film ouvre les yeux sur une économie qui montre ses limites et  qui ne peut pas se maintenir dans son état actuel. Au-delà de ce constat, il nous interpelle sur un champ de possibles tournés vers une économie solidaire, innovante et collaborative.

Formation des éco-délégués du lycée le 7 Novembre 2016.

Demain-lefilm

Cette année, la  traditionnelle formation des éco-délégués du lycée s’est appuyée sur la projection du documentaire « DEMAIN » de Cyril Dion et Mélanie Laurent.

Quoi de mieux pour mobiliser les troupes en ce début d’année  que ce documentaire plein d’espérances pour notre humanité et qui démontre que, par nos comportements, par le respect de la nature et des hommes, par le partage des richesses, des savoirs, UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE maintenant et pour les générations à venir ?

Il nous appartient de prendre conscience de cela et de nous  retrousser les manches pour  contribuer à construire,  à notre niveau,  ce monde plus juste et durable.

Des solutions existent et sont mises efficacement en pratique comme en témoigne ce documentaire qui constitue, par ailleurs,  un bel hommage à la mobilisation de la société civile !

Marie-Line Dumas, professeure d’histoire-géographie, référente E3D au Lycée.

 

Covoiturez !

IMG_1337

« Vous en avez assez de faire des aller-retour à Mongré ? Vous vous ruinez en carburant ? Vous culpabilisez de participer à la pollution atmosphérique ?…

Nous avons la solution : CO-VOITUREZ !…

Depuis la rentrée de septembre 2016, la plate-forme de covoiturage de la région est à  notre disposition au titre de communauté de Mongré à l’adresse suivante : http://WWW.covoitoura.eu/

Les éco-délégués du lycée

 

Œuvrer pour la biodiversité

dav

Les éco délégués « apiculteurs » et les adultes référents ont découvert l’univers des abeilles,  accompagnés d’un spécialiste : Serge Gyurkovics.

Différentes activités théoriques ont permis de mieux connaitre la vie et l’organisation des abeilles dans une ruche : recherches documentaires, réalisation d’affiches, projection de vidéos, présentation d’une exposition à la fête de l’école de juin 2016.

En pratique, les élèves ont pu découvrir une ruche pédagogique, se familiariser avec les quelques outils indispensables (enfumoir, combinaisons) à l’entretien d’une ruche.

Après commande d’un essaim (une reine et sa colonie soit 10 000 individus) et du matériel nécessaire, une ruche fut installée en mai 2016 au 1er étage sur la coursive est de Mongré.

Une autorisation préfectorale a été délivrée, accompagnée du numéro d’API, réglementairement indispensable.

Au cours de l’été 2016, la première récolte a fourni 15kg de miel. En septembre 2016, 3kg de miellat ont été recueillis, à la plus grande joie du groupe d’éco délégués Apiculteurs, qui les déguste à chaque rencontre.

Les éco délégués « jardiniers », se sont retrouvés en novembre 2016 pour désherber les parcelles et planter les bulbes qui se développeront au printemps.

Bravo à cette équipe de collégiens, qui, après quelques instants d’hésitation et de retenue, osent se mettre à genoux, les mains dans la terre malgré le froid.

 

Le projet « Erasmus Plus »

le-projet-erasmus

« Erasmus +» est un programme initié par l’Union européenne, qui favorise l’échange entre élèves en Europe et qui vise à développer non seulement leurs connaissances mais aussi leur savoir-être et leur savoir-faire tout en  renforçant la coopération entre pairs.

Depuis maintenant un an, Mongré a établi et développé un partenariat avec deux autres établissements européens . En effet,  parmi les conditions pour pouvoir postuler à un projet Erasmus +, il faut au minimum trois partenaires.  Le premier d’entre eux est le collège public « Efeuweg » il est situé à Neukölln, un quartier défavorisé de Berlin en Allemagne. Le second est le lycée catholique « Broeder School », à Roeselare,  petite ville de la Belgique flamande, qui se situe à environ 30 km de Bruges.

Nous sommes très heureux, et fiers, que notre dossier ait retenu l’attention des responsables  d’Erasmus +. En effet,  ces projets sont très appréciés car financés par des subventions européennes qui  permettent ainsi  de mener des échanges et des activités pédagogiques sans être confrontés aux difficultés budgétaires. Erasmus + est donc l’objet de nombreuses candidatures de la part des établissements scolaires de tous les Etats membres de l’UE, mais beaucoup sont refusées. Or, nous avons été sélectionnés, avec nos partenaires, dès notre première  participation. En contrepartie l’UE est très exigeante en ce qui concerne la qualité des projets, tant sur le plan des contenus pédagogiques et des objectifs, que sur les moyens de faire connaitre ces projets eux-mêmes.

Alors concrètement qu’allons- nous faire ?

Notre projet s’intitule : « N’attendons plus pour être éco responsables ! »

Fort de son expérience dans le développement durable, Mongré qui vient d’obtenir le renouvellement du label  E3D niveau expert  pour trois ans est le fer de lance de ce projet. Il s’agit ainsi de partager nos expériences de développement durable et d’aider nos partenaires allemands et belges à développer les leurs.

Ainsi les éco-délégués du lycée vont exposer  aux lycéens de Broederschool  et à leurs camarades berlinois, qui nous rendent visite du 5 au 11 mars 2017, toutes les actions mises en place depuis plus de 10 ans à Mongré dans le cadre d’un speed-dating des actions menées. Nos hôtes pourront alors repartir avec des projets et idées éco-durables, éco-responsables,  à pérenniser dans leurs propres établissements.

L’autre intérêt de cette démarche d’échanges est que les élèves devront s’exprimer en plusieurs langues (en français, en anglais,en allemand), dans le but de réaliser lors de la session à Mongré des œuvres d’art et un défilé de mode uniquement à l’aide de déchets recyclés. Les Allemands et les Belges feront aussi la visite guidée du quartier durable des Confluences à Lyon et de la Demeure du chaos à Saint- Romain -au -Mont-d’Or .On leur présentera aussi le futur éco- quartier à Villefranche dont la construction vient de démarrer.

En 2018,  ce sera au tour des Allemands d’accueillir l’échange. Nous partirons les rejoindre avec quinze élèves éco-délégués pour travailler avec eux et nos partenaires de Belgique et  découvrir l’établissement berlinois d’Efeuweg.  Le thème sera  plus particulièrement axé sur la nourriture et l’alimentation. Enfin en 2019, le troisième voyage nous conduira dans le dernier pays hôte, en Belgique, à Roeselare, où la thématique sera orientée sur le climat.

Quels sont les objectifs de ce projet « Erasmus plus » ?

Ce projet a plusieurs objectifs.

Tout d’abord, il a pour but d’encourager les élèves à s’impliquer encore plus dans la protection de leur environnement local et à s’engager vers la mise en place d’un comportement éco-responsable, en tant que futur éco-citoyen.

Il doit aussi permettre l’enrichissement mutuel à travers les pratiques éco- responsables, l’échange en plusieurs langues,  mais aussi, grâce à l’ouverture à la différence, en faisant se rencontrer des élèves de nationalités, d’origines sociales et de cultures différentes.

Un tel projet donne finalement tout son sens à l’école, actrice de la transformation de la société par la transmission de savoirs qui influe sur les générations futures.

M.L Dumas, M. Combrichon et N. Mergoux, professeurs responsables du projet

Les déchets du restaurant scolaire

Dans le cadre des animations « Développement Durable » du collège, un groupe d’éco délégués qualifiés de recycleurs est chargé du ramassage régulier des corbeilles à papier de l’ensemble de l’établissement (collège, lycée, bureaux). Au self, ponctuellement, 3 à 4 fois par an,  ce même groupe aide au tri des déchets alimentaires et plastiques avec une sensibilisation au gaspillage et au recyclage.

En effet, trop de nourriture reste dans les plateaux et donc est jeté ! Beaucoup de contenants (pots de yaourts) sont pour l’instant incontournables.

Les journées « zéro déchet » présentent des résultats encourageants mais variables en fonction de la composition des menus et de la quantité servie dans les assiettes.

Date Nombre de plateaux Déchets alimentaires Déchets plastiques Menu
 

01/02/16

700  

38g/plateau

7kg
Julienne de légumes
Pâtes aux petits légumes
Sauté d’agneau au curry
Saucisses de Toulouse
 

15/03/16

680  

56g/plateau

9kg
Sauté de veau aux épices
Quenelles aux olives
Petits pois au jus
Riz créole
 

01/04/16

350  

23g/plateau

4,4kg
Frites
Haricots verts
Porc à la moutarde
Filet de lieu à la tomate
 

30/05/16

655  

46g/plateau

14kg
Frites
Chipolatas
Gratin de poireaux
Filet de poisson au four
 

18/10/16

« sans sensibilisation »

1250  

37g/plateau

 

?

Emincé de volaille aux épices
Filet de lieu au citron
Pommes rissolées
Blettes au jus

L’équipe s’engage à poursuivre ces actions éco citoyennes en 2016-2017.

« Adapter les quantités de nourriture à ses besoins, réaliser un tri plus performant, imaginer des solutions de remplacement au plastique » restent les préoccupations des éco délégués et du personnel de restauration dans le respect de notre engagement E3D.