Des albums pour le Togo

Des albums pour le Togo1
Comme vous le supposez peut-être, les enfants du Togo n’ont pas les mêmes possibilités que nous de s’instruire et de bénéficier d’un enseignement de qualité.
Notre classe de seconde 1, qui a pris le relais de l’échange commencé il y a deux ans avec le Togo, a donc décidé de collecter et d’envoyer des albums (livres à couverture souple) aux enfants de Notsé.
Le but étant de les aider dans l’apprentissage de la langue française. C’est pourquoi nous avons mis à contribution tout l’établissement lors d’une grande collecte organisée par le CDI.
A l’occasion de celle-ci, nous avons créé des affiches, inventé des slogans, utilisé des photos prises par par les religieuses du village de Notsé.
Ces affiches ont été exposées dans tout l’établissement afin de sensibiliser les élèves de toutes les classes, de la maternelle à la terminale. Nous avions deux semaines pour collecter un maximum d’ouvrages.
Pour être sincère, dans un premier temps, notre récolte n’a pas été très fructueuse. Nous avons donc décidé de lancer un défi inter-classes autour de ce projet et là le succès fut au rendez-vous !
Nous avons collecté, en effet, 986 albums. Cécile Lecocq, professeur- documentaliste, a sélectionné les plus adaptés aux togolais et Sœur Catherine a commencé à les acheminer en Afrique.

Des albums pour le Togo 2

Les magazines non exploitables par les enseignants de Notsé ont été donnés aux Restos du cœur de Villefranche. Monique, la responsable de l’association, a été très reconnaissante de ce don : « Nous avons récupéré toutes les revues mises à notre disposition ! Aussitôt reçues, des bénévoles ont trié et classé pour les ranger et les mettre en attente pour notre prochain arbre de Noël. Les restaurants du coeur vous REMERCIENT très SINCEREMENT pour cette initiative. »
Comme quoi, les solidarités internationale et locale ne sont pas en concurrence !

Chloé Cheynet, Pauline Jacquet, Gauthier Hamy et Mayssa Naït-Idir, seconde 1
Cet article a été écrit dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert), des cours d’ECJS (N. Mergoux) et en lien avec la pastorale (C. Liénard)

Lycéens Mongréens : engagés ou pas ?

lycéens Mongréens 1

Le 10 décembre 2014, pour la septième fois, Mongré a organisé, sous la direction de Caroline Aubourg, son évènement solidaire envers les Restos du Cœur. Cette année, la collecte de produits pour bébés a battu un nouveau record : plus de trois tonnes de denrées alimentaires et hygiéniques. Où sont passés tous ces produits ? À qui ont-ils bénéficié ? Nous avons souhaité aller à la rencontre des plus démunis et des plus engagés.

Chaque année, Mongré organise son évènement de solidarité, les Bébés du Cœur. Le Conseil Des Lycéens (CDL) choisit un thème pour l’occasion, puis organise sur plusieurs semaines la collecte faite par chaque classe, ainsi que l’après-midi et le repas spécial Bébés du Cœur.
Durant une après-midi, élèves et professeurs peuvent assister ou contribuer à des prestations artistiques, mais aussi à des activités. Une buvette tenue par les élèves du CDL est à leur disposition.
Avant d’assister aux représentations, tous les élèves ont réalisé cette année un slalom géant en lien avec le thème : Les Bronzés font du ski. À cette occasion, nous avons interviewé de nouveaux élèves pour connaître leur ressenti sur cette après-midi, dont Alexia qui témoigne : « Je ne connaissais pas du tout. Mais organiser une après-midi solidaire en s’amusant, c’est génial ! »
Chaque classe devait collecter le plus de produits pour bébés possible en quelques semaines. Ces produits furent donnés aux Bébés du Cœur de Villefranche-sur-Saône. La classe de 2nde3 est allée voir où sont stockés les produits donnés.
Le stockage
Nous nous sommes rendus dans le local de stockage des produits collectés. Le local est divisé en plusieurs secteurs, l’un d’eux étant pour les bébés où l’on a pu voir les produits collectés lors de la journée des Bébés du cœur de Mongré. Nous avons rencontré le chef du stock qui nous en a expliqué le fonctionnement. Toute la marchandise collectée est triée par les bénévoles et stockée sur des palettes pour des raisons sanitaires.
L’organisation

lycéens Mongréens 2
Les produits sont classés en catégories, les fruits et légumes, la boucherie, l’épicerie et les desserts et en sous-catégories comme pour le pain : le pain de la veille, le pain frais et le pain congelé. Il nous a aussi précisé que l’ensemble des produits reçus doit être répertorié dans des classeurs, gardés pendant 5 ans, où sont notées des informations précises telles que le jour de livraison, le numéro de lot, la date de péremption, la quantité, la date de distribution et même la température du camion réfrigéré lors de l’arrivée des denrées, afin de vérifier si la chaîne du froid a bien été respectée.
Nous avons également vu le déroulement de la distribution. Les bénévoles contrôlent la concordance entre les points des bénéficiaires et les aliments demandés. Le nombre de points est déterminé en fonction du poids du produit.
Les enfants
Les bébés pris en charge ont moins de 18 mois. À Villefranche, 200 sont aidés. L’aide donnée aux bébés n’est pas seulement alimentaire, mais aussi vestimentaire grâce aux habits collectés pendant l’hiver. Les distributions vestimentaires et alimentaires ne peuvent pas avoir lieu en même temps, c’est la raison pour laquelle les habits sont distribués le jeudi matin. Pendant que les parents sont à la distribution, une garderie est mise en place pour les enfants de moins de 3 ans, et plus durant les vacances.
L’engagement lycéen
Nous avons interviewé deux bénévoles sur l’engagement des lycées, seuls les élèves de Mongré à Villefranche et ceux de Saint-Georges de Reneins font une collecte annuelle au profit des Restos du Cœur. Pour Mongré, le contact se fait grâce au gérant qui communique les dates des collectes.
En seulement deux heures, nous avons donc pu ressentir toute la solidarité entre les bénévoles et les bénéficiaires, un esprit convivial et détendu malgré la difficulté pour les bénéficiaires d’exprimer leurs besoins.

Laure Valenchon et Sophie Bernard.
Ce travail a été effectué dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert) et des cours d’ECJS (N. Mergoux).

Un grand merci au Bondy Blog et à la Région Rhône-Alpes pour leur implication dans la réalisation de ce projet.

Les services du Cœur

Les services du Cœur
Nous avons rencontré des bénévoles de l’association des Restos du cœur à Villefranche-sur-Saône, avec notre classe, afin de comprendre le fonctionnement de cette association si médiatisée. Nous avons ainsi pu approcher de près le monde caritatif et en comprendre le fonctionnement.

L’association
Le Lien, le local des Restos du cœur, se situe au 190 rue Gantillon depuis deux ans. La mairie a mis à disposition de l’association ce local bien plus grand. Les Restos du cœur comptent uniquement des bénévoles et, comme nous l’a confié l’un d’eux, François, « tout le monde est bénévole, n’importe qui peut venir en tant que tel aux Restos ». Cependant, malgré toute l’aide apportée, en périodes de vacances, leur nombre diminue ; l’association est alors à la recherche de personnes pouvant aider. Elle fait alors appel à des organismes de jeunes comme l’Engagement Citoyen de Villefranche. Les bénévoles peuvent ensuite suivre des formations pour avoir un rôle spécifique, comme inscripteur ou chargé des stocks. Lorsque nous demandons à ces personnes pourquoi elles donnent de leur temps pour l’association, toutes nous disent que c’est pour venir en aide aux gens dans le besoin. Comme en témoigne Arielle : « Cette envie de donner de sa personne pour les autres est très présente et puis il y a une bonne équipe, il fait bon être bénévole ici, alors on revient ».
De grosses collectes, mais pas suffisantes
Comme tout organisme, même à but caritatif, les Restos du cœur ont une hiérarchie. La responsable, Monique Lucchini, est aidée de deux personnes coresponsables et d’autres, dirigeant différents services. Ce qui n’empêche pas tous les bénévoles d’avoir un droit d’expression et de proposition et sont tous égaux. L’organisme des Restos de Villefranche ne reçoit pas directement d’aides de l’État, mais de l’Union Européenne. De nombreuses démarches auprès des boulangers, des producteurs, mais aussi des magasins de produits alimentaires sont nécessaires afin de collecter les produits. Cependant, il arrive que ces démarches ne soient pas suffisantes et que les dons se fassent grâce au bouche-à-oreille, car les gens sont sensibles à cette cause. Par ailleurs, de nombreux partenariats sont en cours avec des grandes surfaces. Plusieurs collectes sont organisées, celle de novembre par exemple est plus spécifique aux produits pour bébés. Les dons sont souvent des conserves, les produits frais ne sont pas une priorité. Malheureusement, ces collectes ne sont encore pas suffisantes. Une équipe est chargée de collecter des produits toute la semaine, que ce soit sur les marchés, auprès des grandes surfaces ou même auprès des petits producteurs locaux. C’est de là que proviennent les produits frais. Tous ces produits sont ensuite mis sous palettes en fonction de leurs dates de péremption et sont par la suite rangés dans le stock.

Les services du Cœur 2
La distribution
La distribution est assurée par les bénévoles qui ont en main la fiche détaillée de ce à quoi le bénéficiaire pris en charge a droit : des légumes aux laitages en passant par la boulangerie et les féculents. Cette fiche, le bénévole la récupère lorsque les personnes bénéficiant de l’aide des Restos se présentent à l’accueil avec leur carte de bénéficiaire. Cette carte est obtenue lors de l’inscription.
Plusieurs services
Le service de l’aide alimentaire est le plus connu des services des Restos, mais ce n’est pas le seul. Un service de coiffure/manucure est également proposé aux Restos, ainsi qu’un pôle santé (en partenariat avec l’association « Solidarité hospitalière » dirigée par le Docteur Peillon), un service de restauration avec plats chauds, mais aussi un service de microcrédits. Ce service mis en place en partenariat avec plusieurs banques, permet aux personnes dans le besoin d’emprunter au maximum 3000 euros, remboursables en 18 mois, pour retrouver un emploi (permis de conduire, transports…). Les Restos servent uniquement d’intermédiaire avec les banques. Il n’y a pas beaucoup de bénéficiaires, mais ils font le maximum pour les aider. Ce service existe depuis 3 ans. Le service cinéma a été mis en place il y a 6 ans. Il a pour but d’aider les enfants des bénéficiaires à avoir accès au cinéma pendant les périodes de vacances scolaires, en accord avec le cinéma Les 400 coups, qui offre gratuitement des places de cinéma (environ 500). Depuis peu, les responsables de ce service tentent aussi de le mettre en place avec le théâtre, mais les places étant plus coûteuses, le procédé est plus compliqué et plus long.

Chloé Martinengo
Ce travail a été effectué dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert) et des cours d’ECJS (N. Mergoux).
Un grand merci au Bondy Blog et à la Région Rhône-Alpes pour leur implication dans la réalisation de ce projet.

De l’aide alimentaire au soutien émotionnel

Aujourd’hui, en cette période de difficultés, ceux qui fréquentent les Restos du cœur de Villefranche s’y sentent bien. Non seulement parce qu’ils satisfont leurs besoins alimentaires, mais aussi parce que cela favorise les liens sociaux.

Tous les jours, la pauvreté est de plus en plus évoquée par les médias. Cependant, tout le monde ne s’imagine pas qu’elle puisse se trouver si près de chez nous ou qu’elle puisse toucher nos proches. Dans le local des Restos du Cœur, les bénévoles s’activent de part et d’autre afin de réapprovisionner les rayons, servir les personnes dans le besoin, mais aussi trier les aliments…

De l'aide alimentaire

Les difficultés rencontrées
Les demandeurs ont pour la plupart eu du mal à se décider à s’inscrire dans l’association. Certains sont salariés, et ne conçoivent pas que, dans une société comme la nôtre, des personnes qui travaillent ne puissent pas assumer entièrement leurs besoins. Les soucis de santé, la perte de son conjoint et le chômage sont les principaux problèmes auxquels les bénéficiaires sont confrontés. Certains ont aussi eu du mal à s’inscrire car ils avaient peur du regard des autres.

Les Restos du cœur une grande famille…
Néanmoins, aujourd’hui, c’est une décision qu’ils ne regrettent absolument pas, et pour cause, les Restos du Cœur sont une véritable famille pour eux. Les bénévoles sont toujours à l’écoute et certains entretiennent de liens particuliers avec les bénéficiaires.
Comme en témoigne une jeune femme qui, tous les vendredis, est heureuse d’aller aux Restos du Cœur, car c’est un endroit où elle est toujours bien accueillie. Les bénévoles sont prêts à tout pour améliorer le quotidien de leurs bénéficiaires. Les Restos du cœur essayent aussi d’atténuer un autre fléau touchant de plus en plus de personnes pauvres : l’isolement. Les bénévoles ont ainsi une autre mission qui est celle de divertir ; le jour de Mardi gras, par exemple, ils se sont déguisés pour les faire rire !
Ils essaient, en outre, d’aider et de soutenir les bénéficiaires dans leurs projets de carrière.

La convivialité et le soutien sont ainsi les maîtres mots de cette association. « Tous les jours, je remercie Coluche pour tout ce qu’il a fait pour nous ». nous a confié Hannah, une bénévole.

De l'aide alimentaire2

Julien Grisoni, Tiphaine Mai, Laura Deck, Lorraine de Varax

Ce travail a été effectué dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert) et des cours d’ECJS (N. Mergoux).
Un grand merci au Bondy Blog et à la Région Rhône-Alpes pour leur implication dans la réalisation de ce projet.

Les Restos du cœur : des bénévoles au centre de la distribution.

Le 6 mars 2015, notre classe de 2° 3 est allée aux Restos du Cœur à Villefranche-sur-Saône pour interviewer les bénévoles sur le fonctionnement de la distribution de l’association.

Les Restos du cœur 1
Dès notre arrivée, nous avons découvert un endroit propre, spacieux, agréable et ordonné, où l’on pouvait sentir les odeurs succulentes des repas en préparation pour les bénévoles et certains bénéficiaires, cuisinés avec les moyens du bord par les cuisinières et leurs petites mains. Pendant notre visite, nous avons pu découvrir la façon de travailler de quelques bénévoles présents ce jour-là. Certains bénévoles ont été questionnés et la classe a eu droit à une visite guidée de l’enceinte de l’association, mêlée à l’odeur de l’entrepôt qui stocke les denrées alimentaires en masse. L’accueil fut chaleureux. Les bénévoles, toujours souriants et actifs, travaillaient tout en nous décrivant leurs conditions de travail. Il y avait entre les bénévoles cette ambiance familiale, comme avec les Enfoirés…
734 bénéficiaires inscrits cet hiver

Les Restos du cœur 2
Nous avons eu la chance d’interviewer deux bénévoles : Florence et Elizabeth. Florence s’occupe des inscriptions, du tri et de la distribution des poissons et des yaourts. Elizabeth s’occupe de l’accueil informatique et remet les fiches de distribution propres à chaque bénéficiaire (suivant le nombre de membres de sa famille, et la situation de travail de l’individu).
« Durant la campagne d’hiver, il y a eu 734 personnes inscrites aux Restos du Cœur de Villefranche-sur-Saône» nous a confié Florence, « les chiffres de bénéficiaires ont augmenté, mais ça ne veut pas dire que les chiffres de marchandises ont augmenté. »
Une distribution très organisée
La distribution fonctionne de manière bien organisée, chaque bénéficiaire est accompagné par un bénévole qui va s’occuper des aliments qu’il peut prendre en fonction de ses points. Par exemple, Florence s’occupait de la distribution de la viande, du poisson et des œufs. Selon le nombre de points, les bénéficiaires prennent 6 ou 10 œufs, de la viande ou du poisson, et s’ils ont encore des points, ils bénéficient de conserves.

IMG_3833
Aux Restos, on distribue du lait, des légumes frais et en conserve, des pâtes, du riz, des produits d’hygiène et d’entretien, des desserts, des fruits frais, des crèmes dessert, des gâteaux, du poisson, de la viande, des œufs, des yaourts, des fromages et du pain. Pour les bébés, on donne des couches, des petits pots et des desserts.
Les familles qui profitent des Restos du Cœur viennent de Villefranche-sur-Saône, Jassans, Liergues, Anse, Gleizé, Limas, Montmerle, St George, Saint-Étienne des Oullières.
Nous ne nous attendions pas à une telle chaleur de la part des bénévoles et, après de très agréables rencontres, nous avons pu contribuer à cet élan de solidarité en proposant notre aide aux bénévoles…

Les élèves de seconde 3
Ce travail a été effectué dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert) et des cours d’ECJS (N. Mergoux).
Un grand merci au Bondy Blog et à la Région Rhône-Alpes pour leur implication dans la réalisation de ce projet.

Les bénévoles : les Restos ont besoin d’œufs

Les bénévoles 1

Chaque année, les familles accueillies aux Restos du cœur sont plus nombreuses. Ce qui nécessite plus de personnes pour l’organisation. Nous avons rencontré ceux sans qui rien de tout cela ne serait possible.

Les bénévoles 2

Nous avons été accueillis dans les locaux de l’association, situés à Villefranche-sur-Saône, un jour de distribution et d’inscription, c’est-à-dire en pleine activité. Nous avons été surpris par le nombre de bénévoles et de bénéficiaires présents. Chaque année, la structure accueille 6 % de bénéficiaires en plus. Cette année, les Restos du cœur de Villefranche-sur-Saône ont accueilli 734 familles dans les différents services proposés par l’association. La distribution est le plus important d’entre eux. Il existe des partenariats avec les supermarchés, qui leur donnent les produits en date limite de vente. Généralement, ce sont aux Restos du cœur de faire les démarches, mais il arrive aux producteurs de venir d’eux-mêmes. Mais aussi, chaque semaine, les bénévoles vont chercher des produits en équipe. Pour cela, ils possèdent une liste de produits de première nécessité incluant huile, farine, féculents, conserves et produits frais. Ces collectes, faites plutôt en hiver, permettent de tenir tout l’été.

L’association différencie deux « saisons » : l’été, s’étendant d’avril jusqu’à fin juin, et du 1er septembre à fin octobre. En été seuls les gens en grande précarité accèdent à l’aide des Restos du cœur. Il y a donc plus de demandes en hiver. Ces bénéficiaires ont un quota de nourriture organisé en nombre de points valant chacun un repas. Le nombre de points est défini en fonction du nombre de personnes dans la famille et du revenu dont dispose le foyer.

Les Restos du cœur de Villefranche disposent d’une cafétéria où les bénévoles cuisinent et proposent un service de restauration les mardis et vendredis. Cette année, de nouveaux services, dont nous ignorions l’existence, ont vu le jour, tels que la coiffure, la manucure ou encore l’infirmerie. Les bénéficiaires ont également la possibilité de consulter un médecin ou un psychologue. Il existe aussi un service de microcrédits passant par l’intermédiaire de banques et pouvant aller jusqu’à 3000 euros remboursables en deux ans. Ces microcrédits sont utilisés essentiellement pour acheter une voiture, une moto ou pour passer le permis de conduire dans le but de travailler et également des appareils ménagers tels que réfrigérateurs, machines à laver etc.. Malheureusement les demandes sont très peu acceptées. Enfin un service cinéma est mis en place pour les enfants de 6 à 12 ans pendant les vacances scolaires grâce à un accord avec le cinéma « Les 400 coups » de Villefranche. On pourrait se demander pourquoi ces bénévoles ont décidé de s’investir dans cette association. En effet, le bénévolat est presque un travail à temps complet, cela demande beaucoup de temps et d’implication. La réponse est simple, c’est par envie d’aider son prochain.

Les élèves de seconde 3
Ce travail a été effectué dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert) et des cours d’ECJS (N. Mergoux).
Un grand merci au Bondy Blog et à la Région Rhône-Alpes pour leur implication dans la réalisation de ce projet.

La collecte ne suffit plus

La collecte des Restos du Cœur est-elle suffisante pour un nombre de demandes grandissant chaque année ? Le vendredi 6 mars, la classe de 2° 3 est allée au cœur des locaux de l’association pour trouver des réponses à cette question.

La collecte 1

Quels produits collectés ?
Les Restos du Cœur collectent leurs produits dans des magasins, tels que Carrefour, Géant Casino, Simply Market, Lidl et d’autres grandes enseignes. La structure multiplie les partenariats avec la ville, des lycées et le marché couvert de Villefranche notamment. Nombreux sont les particuliers qui donnent régulièrement à la collecte. Les produits recherchés par la structure sont principalement des produits de base, comme les pâtes, la farine, l’huile, le chocolat, les boites de conserve, etc. Les Restos du Cœur sont également aidés par les Enfoirés et l’Union Européenne.

La collecte 2
Plus de demandes avec des ressources limitées.
La demande de produits ne cesse d’augmenter en cours d’année, mais nous pouvons aussi remarquer que les dons augmentent ; toutefois, ils restent toujours insuffisants pour nourrir les bénéficiaires. Évidemment, les associations ne disposent pas des fonds nécessaires à l’achat de biens alimentaires et vestimentaires. C’est pour cela que les Restos du Cœur comptent sur les donateurs pour faire tourner l’association. Il en faut toujours plus !

La collecte 3
Aujourd’hui, beaucoup de bénévoles sont déployés dans les magasins chaque semaine afin de subvenir aux différents besoins des bénéficiaires. Cette collecte doit permettre de remplir les stocks, surtout l’hiver où le nombre de bénéficiaires est multiplié par trois. Les Restos du Cœur font absolument tout pour économiser le stock et pour le remplir. Chaque matin, l’association passe dans les boulangeries afin de récupérer le pain de la veille qui est toujours consommable. Chaque morceau de pain est important et une personne de plus peut voir ses besoins comblés.

Thomas Dubet, Hélène Boutry, Valentin Pugi, seconde3
Ce travail a été effectué dans le cadre de l’EDD (C. Lecocq-Hubert) et des cours d’ECJS (N. Mergoux).

Un grand merci au Bondy Blog et à la Région Rhône-Alpes pour leur implication dans la réalisation de ce projet.