Les perturbateurs génétiques

perturbateurs génétiques

De nos jours, de plus en plus de produits chimiques sont utilisés. M Perrin, éco-infirmier, nous a alertés sur les dangers de l’utilisation des « perturbateurs génétiques ».

On constate qu’en 1930, la masse de produits de synthèse (produits créés par l’homme) est d’environ 1 million de tonnes.

En 2002, elle est de 400 millions de tonnes. On relève environ deux fois plus de cas de cancer en 2012 qu’en 1980. Environ 100000 molécules ont été fabriquées en Europe à l’heure actuelle. Beaucoup d’entre elles sont utilisées dans la vie quotidienne mais sur ce total, on ne connaît les effets que de 3 % de ces molécules, qui ne sont pas toujours positifs. Certaines sont qualifiées de CMR, à savoir d’agents « cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques ». En effet, ces agents peuvent entrainer des mutations de l’information génétique, des cancers ou même influer sur la reproduction.
Certaines parties de l’information génétique ne sont activées qu’en présence de certains facteurs, qui sont appelés facteurs épigénétiques. Ils vont modifier la conformation de l’ADN et ainsi modifier son expression. On parle d’épigénome. L’environnement dans lequel évolue un fœtus est considéré comme un facteur épigénétique : en effet, l’épigénome des enfants naissant par mère porteuse se trouve souvent légèrement modifié selon l’information génétique de la porteuse. On peut presque parler d’un troisième parent. Les facteurs épigénétiques peuvent donc faire apparaître de nouveaux caractères chez les individus, et parfois de nouvelles maladies.
D’autres molécules sont qualifiées de perturbateurs endocriniens. Celles-ci imitent la forme des hormones et prennent ainsi leur place sur les récepteurs spécifiques des cellules, ce qui altère le fonctionnement des cellules concernées. C’est notamment le cas du diabète : le taux de glycémie dépend de la présence de plusieurs hormones. Certaines permettent de faire monter ce taux tandis qu’une seule permet de le faire baisser. Lorsqu’un perturbateur endocrinien vient remplacer cette hormone, le taux de glycémie va donc irrémédiablement augmenter, ce qui provoque le diabète. Les pesticides, l’aluminium et un grand nombre de produits cosmétiques sont considérés comme perturbateurs endocriniens, et il est recommandé de les utiliser avec modération pour limiter les effets sur l’organisme.
Philippe Perrin nous a également informés des risques liés aux maladies auto immunes. Celles-ci sont dues à une mauvaise adaptation de l’organisme à certaines bactéries. Dans nos pays européens, ces maladies sont particulièrement répandues en raison d’une hygiène exagérée. Le corps ne rencontre ainsi que très peu de bactéries et ne peut pas apprendre à s’en protéger. C’est pourquoi il est particulièrement vulnérable face aux bactéries pathogènes. Il est donc bon de développer une bonne hygiène de vie, sans toutefois en abuser, pour permettre à l’organisme de se défendre contre la maladie. Il apparaît que l’accouchement par voie basse permet de protéger l’enfant de ce genre de maladie, car celui-ci est directement mis en contact avec les nombreuses bactéries situées dans le vagin, avant de rencontrer celles du monde extérieur.
De nombreux autres facteurs menacent l’organisme, auxquels il est toutefois plus difficile d’échapper. Ce sont notamment les ondes-radio émises par énormément d’objets de la vie quotidienne, comme les téléphones, la télévision, l’internet. La pollution atmosphérique est, elle aussi, un agent dangereux, car elle fragilise les muqueuses et augmente les effets des agents allergènes. Effectivement, les effets d’un quelconque perturbateur peuvent parfois se combiner avec ceux d’un autre, pour multiplier les dégâts.
Tous ces problèmes environnementaux menacent directement la survie de l’espèce humaine. On constate en effet une forte augmentation de l’infertilité au sein des couples, tout particulièrement de l’infertilité masculine. Les perturbateurs altèrent la qualité du sperme, en limitant ainsi les chances de fécondation dans un couple. De nos jours, un couple sur dix a des difficultés à avoir un enfant, et cette proportion ne cesse d’augmenter chaque année.
On peut expliquer tous ces phénomènes d’augmentation du nombre de cancers, d’infertilité, … par le fait que notre environnement a changé très rapidement durant les derniers siècles, alors que l’organisme humain n’a pas pu s’adapter aussi vite à ces changements

On peut donc en conclure que nous ne sommes pas tous égaux face à la maladie, de par notre patrimoine génétique. Cependant, limiter l’exposition à certains facteurs tels que les ondes téléphoniques, la pollution atmosphérique et autres facteurs épigénétiques ou CMR peut diminuer de façon importante les risques liés à la maladie.

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours de SVT et de  l’EDD avec Mmes Larcher, Bonolis, Portelli et Lecocq-Hubert.
Pierre-Jean Lorentz , Samuel Voldoire et Gaspard Metge, première S2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :