Prenez soin de votre génome !

Le mardi 18 mars 2014, les classes de première scientifique ont assisté à la conférence de M. Philippe Perrin, éco-infirmier.

Prenez soin

Il nous a présenté les causes et les effets de la pollution de notre génome. Il réalise de nombreuses interventions visant à sensibiliser le public sur les dangers liés à la dégradation de l’environnement. Ayant une formation à la fois d’infirmier et d’éco-conseiller, il a pu nous mettre en garde sur les perturbations éventuelles de notre génome dues à l’environnement.

Une fois les présentations faites, M. Perrin a donc entamé son exposé en se penchant sur les substances chimiques. Il est vrai que, lorsqu’on nous parle de substances chimiques, la mémoire populaire renvoie souvent aux substances industrielles; or, des substances chimiques peuvent être tout à fait naturelles et d’ailleurs celles-ci sont la plupart du temps inoffensives. En effet, notre organisme est le même depuis l’âge des cavernes ; il a donc été initialement adapté à notre environnement primordial et à ses substances chimiques naturelles. Toutefois, il se révèle que notre environnement actuel est profondément différent de celui de l’homme des cavernes, mettant en œuvre de multiples substances chimiques synthétisées, c’est-à-dire créées par l’homme. Ce sont celles-ci qui présentent un risque pour notre organisme. Lorsqu’on y réfléchit, elles sont présentes dans quasiment tout ce qui nous entoure (nourriture, produits de beauté….), ce qui laisse supposer que nous en sommes forcément imprégnés. Et le nombre de substances synthétiques ne fait qu’augmenter: en 2002, on comptabilisait 400 millions de substances synthétiques, contre 1 million en 1930. Il est aussi important de noter que la France est le deuxième producteur européen et le troisième exportateur mondial de substances chimiques synthétisées, ce qui laisse suggérer que nous sommes d’autant plus concernés. Sur ces 400 millions de substances chimiques synthétiques actuelles, moins d’un quart sont répertoriées, c’est-à-dire que l’on connaît précisément leurs effets sur l’organisme humain, à court et à long termes. Et leurs effets ne sont pas des moindres ; certaines substances sont dénommées CMR, ce qui signifie qu’elles s’avèrent cancérigènes (risques de cancer), mutagènes (altération d’un gène ou d’un chromosome) ou bien reprotoxiques (altération de l’appareil reproducteur), alors que certaines sont répertoriées comme perturbateurs endocriniens. Bien entendu, ces effets ne sont pas systématiques, mais ils existent. Une preuve saisissante de la dangerosité : de 1950 à nos jours, le nombre de spermatozoïdes dans un millilitre d’éjaculat a diminué de plus de la moitié, passant de 100 millions à 49 millions. Plus encore, le nombre de nouveaux cas de cancers par an est alarmant: en 1980, il était de 160 000; 20 ans après, en 2000, le chiffre double. A présent en 2010, il est de 365 000, ce qui représente 1000 nouveaux cas de cancers par jour. Là aussi il est important de préciser qu’une imprégnation d’une substance chimique cancérigène n’induit pas systématiquement un cancer, mais elle en augmente le risque.
Le cancer se déroule en trois étapes. La première se nomme l’initiation cellulaire, ce qui signifie que des lésions du patrimoine génétique apparaissent. Ensuite vient la promotion, qui se caractérise par l’expression de la cellule génétiquement perturbée. Une fois exprimée, la cellule perturbée va se dupliquer: cette étape se nomme la progression. Enfin la perturbation génomique peut se propager dans tout l’organisme : c’est l’invasion. Bien sûr, le traitement à temps du cancer évite cette dernière étape de se produire. De nos jours, 1000 substances chimiques sur les 400 millions existantes sont répertoriées cancérigènes. Parmi elles, de nombreuses nous entourent très fréquemment : les particules fines, le radon utilisé pour le terrassement, le benzène qui se montre un excellent solvant des graisses utilisé dans l’industrie agro-alimentaire notamment, mais aussi comme base de production de styrène, présent dans les emballages alimentaires. On peut aussi y ajouter le E150 D, colorant alimentaire très fréquent, présent notamment dans le Coca-Cola, les bonbons au caramel mais aussi le vinaigre balsamique.
Face aux substances cancérigènes, on oublie bien souvent les perturbateurs endocriniens. Ce sont des substances qui se fixent sur les récepteurs endocriniens à la place des hormones et qui perturbent ainsi le système hormonal. On comptabilise aujourd’hui plus de 800 substances synthétiques considérées comme perturbatrices du système hormonal. Parmi elles, le fameux Bisphénol A (ou BPA), qui a récemment suscité l’attention. De l’emballage à l’impression de tickets de caisse, son large panel d’utilisations l’a fait devenir en 20 ans le produit phare de l’industrie. Cependant, de récentes recherches scientifiques ont démontré que le BPA se révèle être un grave perturbateur endocrinien. Pour éviter cela, une des recommandations de l’Académie de Médecine est qu’il faut réduire tout contact avec les aliments chauds et gras contenus dans les emballages plastiques, et même d’éviter de stocker longtemps et à température élevée les eaux minérales dans des bouteilles plastiques ! Des alternatives sont aussi possibles; par exemple le biberon en verre pour les nourrissons mais aussi la conservation des aliments dans du verre. Hélas, les exemples de perturbateurs du système hormonal ne manquent pas : on peut ajouter les phtalates, contenus dans certains parfums et cosmétiques, qui ne sont qu’autre que des synthèses d’œstrogènes, hormones féminines. Les produits contenant des phtalates sont à bannir chez la fillette car ils engendrent une puberté précoce, de même qu’ils ne devraient pas être utilisés par la femme enceinte.
Toutefois, il faut bien rappeler que, bien souvent, les maladies sont plurifactorielles. Ainsi, cela veut dire qu’elles ne sont pas systématiques, mais aussi qu’il vaut mieux écarter certains facteurs nocifs pour limiter les risques de contracter une maladie. Un polluant en moins c’est une chance de plus de ne pas développer de maladie. Les facteurs sont divers; ils peuvent être environnementaux (mauvaise alimentation, stress, expositions aux polluants, aux substances cancérigènes etc.) ou physiologiques (facteurs épigénétiques, âge). Ainsi, on ne peut pas lutter contre l’âge ni contre la prédisposition génétique, alors autant tenter d’améliorer les facteurs environnementaux. Par exemple, l’activité physique permet de réduire le stress. Quant au téléphone portable, il ne doit pas être transporté dans la poche ou, dans la limite du possible, le côté clavier dans la poche. Les ondes de téléphone portable ont un impact sur les modifications cellulaires des flux de calcium et font osciller les molécules d’ADN, les déforment, voire les cassent, ce qui peut favoriser le risque de cancers. Les aérosols sont à bannir eux aussi. En somme, nous vivons dans un environnement à risques.

Achetez et vivez donc intelligents, car mieux vaut prévenir que guérir, dit-on !

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours de SVT et d’EDD avec Mmes Larcher, Portelli, Bonolis et Lecocq-Hubert.
Les élèves de la 1ère S1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :