L’éco-tourisme : un impact positif sur l’homme et la nature

L’éco-tourisme  un impact positif

Depuis la fin du XXème siècle, l’homme prend progressivement conscience de son lourd impact sur la planète. De nombreux moyens sont envisagés pour diminuer le réchauffement climatique, la pollution des océans, de l’air, etc. L’éco-tourisme fait partie de ces moyens mis en place pour qu’un jour l’homme puisse vivre en harmonie avec la nature et les autres.

L’éco-tourisme  aussi nommé tourisme vert, consiste à découvrir la nature tout en privilégiant l’écosystème et l’agrosystème. Ses objectifs principaux sont de valoriser économiquement les zones naturelles et les sites culturels menacés. C’est aussi un moyen efficace de développer les emplois locaux (tourisme rural). L’éco-tourisme ne doit pas nuire à la nature mais doit aussi apporter un impact positif aux populations locales. Il propose un respect environnemental et social dans toutes les étapes du voyage, notamment à travers l’offre d’hébergement, les circuits touristiques, les activités et loisirs proposés.

L’éco-tourisme est la première branche du tourisme durable. Il a été créé il y a une trentaine d’années environ par des biologistes au Costa Rica. La France, très riche en matière de biodiversité et de cultures, était, malgré cela, pauvre en éco-tourisme au début du siècle. Depuis, beaucoup d’agences et de sites internet se sont développés afin  de promouvoir ce concept qui repose sur le volontariat. . Aujourd’hui l’association française d’éco-tourisme créée en 2005 diffuse des adresses d’hébergements touristiques du monde entier grâce au site http://www.voyagespourlaplanete.com/.

De plus en plus de touristes français voyagent dans ces conditions. Son développement  rapide montre bien que de plus en plus de gens s’y intéressent. C’est donc un secteur  assez porteur, qui tend à s’intensifier dans les prochaines années, que ce soit à l’échelle de la France ou à l’échelle internationale.

Les destinations éco-touristiques sont des milieux naturels préservés, non pollués présentant un certain nombre d’attraits liés à la faune, la flore, et à la biodiversité en général. Par opposition au tourisme de masse, le tourisme vert favorise les voyages individuels ou en groupes restreints. L’éco-tourisme est souvent lié à un tourisme de découverte et d’aventure donc très orienté vers les pays tropicaux, qui sont les plus riches en termes de biodiversité. Les Etats-Unis ainsi que l’Australie sont les principales destinations des éco-touristes (plus de 5 millions de voyageurs par an en moyenne). Dans ces différents pays, plusieurs types d’hébergements sont mis à la disposition des touristes éco-responsables tels que les éco-auberges de jeunesse, des éco-gites, des éco-campings, des éco-village, des éco-hôtels … Le voyage chez l’habitant est un autre type d’hébergement qui se développe surtout à l’étranger. Il permet de rencontrer les peuples autochtones, de découvrir leurs modes de vie et de participer à leur vie quotidienne.

En conclusion, là où le tourisme traditionnel représente un impact considérable sur les hommes et la nature, le tourisme durable, quant à lui, s’inscrit dans la durée en impliquant les autochtones et en éduquant les touristes à la préservation de la nature.

 

                                               Mathilde Tourniquet et ClaireVittaz (Seconde 4).

 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un travail sur le tourisme durable en ECJS avec N.Mergoux et C. Lecocq.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :