L’enluminure et la nature

Les élèves de 5ème 4 et de 5ème 7, en collaboration avec leurs professeurs de français et d’arts plastiques (Mmes Paty, Carron et Giraud) ont réalisé un travail sur les enluminures au Moyen-âge. Le mot « enluminure » désigne l’ensemble des éléments décoratifs et des représentations imagées exécutés dans un manuscrit pour l’embellir.

Les élèves devaient inventer une description extraordinaire et l’illustrer par une lettrine et d’autres décorations.

En voici deux qui rendent hommage à la beauté de la nature :

Douce Nature

Voici une prairie verdoyante : au centre de cette prairie, se trouvaient trois grands arbres garnis de nombreuses fleurs blanches à l’odeur magique.

En face, une rivière à l’eau si pure et si transparente se présentait.

Le soleil brillait comme une pierre précieuse, il perçait le jour d’une lumière si forte qu’on en était ébloui.

A côté des trois arbres, de magnifiques fleurs aux couleurs étonnantes s’étendaient dans une vaste vallée.

Derrière la rivière, des montagnes de verdure se dressaient au bout de la prairie ; des animaux étranges aux couleurs surprenantes s’y baladaient.

Tous les soirs, on entendait une mélodie qui nous berçait et nous endormait.

De temps en temps, on sentait un petit zéphir qui chassait les mauvaises paroles et qui se baladait au-dessus des montagnes.

Ce lieu respirait la joie, la beauté, la douceur et le temps s’arrêtait.

Anne-Victoire


Préservation magique

Il existait un lieu où la vie était fantastique et la terre vivace.

La vie se reflétait dans un merveilleux champ d’oliviers qui hébergeait de sublimes fleurs des champs ornant de petites statuettes.

On apercevait  au-delà une majestueuse montagne vaguant dans les nuages.

D’en haut, l’ensemble de ce lieu magique était d’une splendeur éblouissante que personne n’avait pu entrevoir auparavant.

Il s’agissait d’un lieu dans lequel les animaux régnaient en maîtres.

C’était un monde coloré de bleu, de vert, de rouge vermeil et de gris.

On entendait le vent et les feuilles se frotter entre elles.

Un beau lac reflétait le ciel et cette nature de couleurs était comme un tableau représentant la joie et la richesse du lieu.

On pouvait dire que ce vaste paysage était embaumé d’émeraude, d’or et de diamant.

Chaque parcelle  de terre avait son  importance dans cette biodiversité, dans ce monde merveilleux et étonnant.

Paul

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :