Découverte du Costa-Rica grâce à l’éco-tourisme

Il n’y a pas de définition universelle de l’écotourisme qui est généralement considéré comme un « tourisme favorable à l’environnement » mais nous pouvons cependant en décrire les principaux critères : un tourisme responsable en milieux naturels qui préserve l’environnement et participe au bien-être des populations locales

Les participants ont choisi de mettre en valeur leur terre et leur tradition pour faire du tourisme «  un outil capable d’améliorer leurs conditions de vie ».

Cette nouvelle forme permet aux voyageurs de découvrir avec ou sans guides des randonnées, des chemins d’exception qu’on ne pourrait pas explorer lors d’un voyage touristique normal. L’intérêt est de surtout aller auprès de la population, de vivre avec elle et de comprendre sa culture.

Le Costa Rica est l’exemple le plus intéressant sur ce type de tourisme ; en effet ce pays à la chance d’avoir sur son territoire l’un des écosystèmes les plus riches du Monde, ainsi qu’une géologie très particulière. Ce petit territoire (dix fois plus petit que la France) comprend : volcans, montagnes, plaines, plateaux… et 5% de la biodiversité mondiale.

C’est un potentiel énorme pour le développement de cette forme de tourisme. En effet, les touristes ont la chance d’être accueillis, logés, nourris, chez les habitants de ce beau pays qui eux sont contraints par des normes d’hygiène et d’accueil. On peut donc se retrouver en plein San José, capital du Costa Rica ou en pleine forêt de plantations de bananes, de café ou  de cannes à sucre. Les conditions de vie sont évidemment différentes, on peut découvrir des environnements plus ruraux chez les agriculteurs locaux, ou la vie citadine d’Amérique Centrale.

D’un point de vue économique cela permet aux producteurs de réduire leur surface de culture étant donné que le touriste paye pour être accueilli. C’est de l’argent de plus pour l’autochtone ce qui lui permet d’améliorer ses conditions de vie, de s’émanciper des industries agricoles pour la banane et le café, et d’éviter la déforestation. Le touriste est toujours intéressé pour acheter les produits locaux de leurs hôtes.

On peut  dire alors que le Costa Rica offre, grâce à ses atouts naturels importants, la possibilité d’une alternative de voyage, plus proche des autochtones et de leur mode de vie.

Félix Motte, Pauline Junca, Lucas SAYO et Élise Quignou

Ce travail a été réalisé au CDI (C. Lecocq) en lien avec l’ECJS (N. Mergoux)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :