Cancún, la conférence sur le climat


La conférence de Cancun sur le climat s’est déroulée du 29 novembre au 10 décembre 2010. Un grand nombre de journaux ont émis leurs sentiments sur ce sommet à venir. Quels sont-ils ? Quels étaient les enjeux de cette conférence ?

Emmanuelle Réju pour La Croix, Hervé Kempf pour Le Monde et Agnes Sinaï pour le journal internet actu-environnement.com ont analysé cet évènement très attendu par les protecteurs de l’environnement.

Les trois journaux s’accordent sur le fait que Cancún ne doit pas se dérouler comme Copenhague en 2009. C’est-à-dire qu’il faut éviter un nouveau « fiasco », un « échec », une « immense déception ».

Les trois journaux évoquent les problèmes que les premiers ministres présents à la conférence devront soulever et essayer de résoudre. Ils sont tous d’accord sur le fait que le lourd sujet de la déforestation sera abordé et sérieusement discuté. D’après Le Monde, c’est «  de loin le dossier le plus mûr », et actu-environnement.com confirme que c’est «  le volet qui apparaît le plus avancé dans la négociation climatique. La Croix déclare que « lutter contre la déforestation, c’est donc lutter contre le réchauffement et protéger la biodiversité ».

Ils s’accordent également sur le sujet des réductions et limitations des émissions de gaz à effet de serre (GES). Actu-environnement.com déclare que les différents pays ont eu « une véritable prise de conscience de l’enjeu crucial qu’est la stabilisation des gaz à effet de serre ». La Croix affirme que la concentration du dioxyde de carbone dans l’atmosphère explique une grande partie du réchauffement climatique. Le Monde ajoute que les États doivent respecter leur engagement « de réduction ou de limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre ».

Le Monde, contrairement à La Croix et actu-environnement.com, ne mentionne pas l’enjeu de la température. En effet, ces derniers affirment que la Terre doit gagner au moins deux degrés d’ici la fin du siècle. Mais les engagements pris pour ralentir ce réchauffement sont d’après La Croix « insuffisants ».

La Croix et Le Monde nous mettent au courant de l’engagement des pays industrialisés à verser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour aider les pays pauvres à s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique, mener à bien leurs « projets en faveur du climat ». Cet engagement est nommé le « Fond Vert ».

D’après actu-environnement.com, il faudra trouver à Cancún « une boussole commune qui reflète la communauté de destin de l’humanité sur une planète en voie de réchauffement rapide ». A.Sinaï est sceptique quant à l’issue de cette conférence qu’elle qualifie d’ « incertaine ». Le Monde déclare qu’il faut que les pays qui se réunissent doivent montrer qu’ils sont « encore capables de faire un pas en commun pour construire un accord mondial sur le climat ».

La conférence de Cancùn sur le climat a donc une issue très incertaine, et les premiers ministres qui se réunissent pour y trouver une solution ont beaucoup de sujets sur lesquels débattre, beaucoup de problèmes à résoudre.

Aline Petazzi, Anne Deligny et Sandrine Laplanche

Cette revue de presse  a été réalisée au CDI avec Mme Novales, documentaliste.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :