Comment «Penser global, Agir local »?(1)

Bilan d’une année scolaire

S’occuper de la formation et de l’accompagnement des éco-délégués au lycée, c’est rendre les élèves acteurs autour de projets dont ils ont l’initiative, c’est aussi les sensibiliser au sein même de leur établissement aux enjeux du développement durable, fil rouge des nouveaux programmes de géographie. Seulement, le développement durable  n’est pas l’écologie, pas davantage la seule protection de la nature. Ce concept est à l’interface de trois piliers conformément à la définition du rapport Brundtland. Il doit être envisagé dans toute sa complexité et intégrer le développement économique, la justice sociale et la qualité environnementale.

Cette approche globale du concept a été éclairée puis discutée, débattue à l’issue d’une demi-journée de formation des éco-délégués initiée à Mongré par une intervenante  mandatée par la FRAPNA dès le retour des vacances de la Toussaint . Ce temps de formation s’est prolongée pour les éco-délégués, membres du Comité de pilotage, par un séminaire consacré aux énergies, organisé par La Région. Ils ont ainsi pu mesurer combien le développement durable est devenu un objet politique dont la mise en œuvre dépend largement des choix politiques de l’Etat, des régions en l’occurrence.

A l’issue de ces périodes de formation et de réflexion, les éco-délégués ont opéré des choix d’action à Mongré, validés par le comité de pilotage :

–          Sensibiliser leurs camarades au self-lycée sur le gaspillage du pain. Ils ont réalisé des panneaux exposés dans l’enceinte du self sur le thème de la faim dans le monde, les inégalités autour de l’accès à la nourriture.  Pendant une semaine, sur les temps de repas, ils se sont relayés afin d’expliciter leur projet. Dans un deuxième temps et pendant un mois, ils ont effectué quotidiennement la pesée  du pain récupéré afin d’évaluer l’efficacité de leur action. Au-delà des résultats statistiques plus ou moins probants, cette expérience a été pour eux l’occasion de communiquer, d’échanger avec leurs pairs. Cette initiative  a permis aussi d’associer activement les élèves éco-délégués  de seconde, jusque-là un peu rétifs, dans le sillage de leurs aînés de première et de terminale.

–          Organiser un temps fort d’une semaine autour du commerce équitable en association avec Artisans du Monde  et les Pères Blancs. Les enjeux étaient multiples. D’abord pédagogiques puisqu’une exposition prêtée par Artisans du Monde renseignait et explicitait les mécanismes du commerce équitable. Les Pères Blancs et les bénévoles de leur association ont apporté un éclairage culturel et humain en  témoignant de leur action auprès des populations africaines et en exposant également des objets d’art africain particulièrement appréciés par les élèves découvrant une culture qui nous est guère familière. Enfin, la vente de produits d’Artisans du Monde (bijoux, encens, produits de beauté, goûters bio.. ) à permis de réaliser un bénéfice qui servira à pérenniser la publication du Vert Mongré dans sa quatrième édition.

L’ensemble de ces actions conduit aura sans doute  aussi contribué de manière active à l’éducation de futurs citoyens éco-responsables.

(1)   Citation de René Dubos au premier  sommet sur  l’environnement en 1972.

Marie-Line Dumas, professeur d’Histoire-géographie, responsable de la formation des éco-délégués lycée.

                               

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :