L’architecture durable, l’appel de la nature.

Dans un monde urbain, à l’heure où nous perdons nos repères vis-à-vis de la nature, une architecture qui dialogue avec son environnement est essentielle.

Alors que nous adaptons nos vies aux principes écologiques, l’architecture résidentielle continue d’entraîner de grands gaspillages d’énergie.

Cependant, le XXe siècle a vu naître une prise de conscience internationale sur le réchauffement climatique.

Désormais, les technologies neutres sont un impératif, après que l’accumulation des technologies domestiques traditionnelles telles que le chauffage et les appareils électroménagers ont fait redoubler la consommation d’électricité. L’habitat éco-responsable, quant a lui, s’efforce de se passer de l’air conditionné dans les régions chaudes, et de produire de l’énergie thermique sans matières premières dans les zones tempérées et froides.

Mais comment éviter le gaspillage d’énergie chez soi ?

Eh bien c’est simple, vous pouvez très bien transformer votre vieille demeure en une maison éco-responsable. Tout d’abord, l’orientation  par rapport au soleil joue un rôle fondamental. La distribution des ouvertures sur les façades est la clé. Des grandes fenêtres au sud captent les rayons incidents, et les matériaux massifs (comme le béton), que vous placerez derrière, stockeront la chaleur sur de longues périodes. De grands avant-toits ou des stores fixes donnent de l’ombre aux ouvertures en été, mais laissent pénétrer les rayons du soleil d’hiver, plus bas dans le ciel. Ce type de maison dotée de pièges à soleil, d’une épaisse couche d’isolation et d’une technologie de récupération de l’énergie est ce que l’on appelle une « maison passive ».

L’objectif de l’économie d’énergie est complété par l’objectif de durabilité, et les matériaux de constructions recyclés ouvrent de nouvelles possibilités esthétiques. Les matériaux durables qui sont utilisés pour l’isolation sont des denims recyclés, en laine de verre, la paille, le bois, la peau et la laine de mouton et la ouate de cellulose. En dehors de l’isolation, d’autres matériaux sont aussi importants dans le cadre d’une utilisation durable tels que les peintures et les colles non toxiques.

Cependant, c’est le bois qui occupe la position d’honneur parmi les matériaux écologiques. En effet, il absorbe de grandes quantités de dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre, et ce, même lorsqu’il est transformé. C’est un matériau chaud, qui se prête bien à l’isolation, surtout sous forme de fibres de chutes de bois, c’est à dire de produit recyclé.

Quant à la gestion des déchets, il est conseillé d’incorporer des systèmes tels que des systèmes d’arrosage de plates-bandes avec de l’eau grise, et des toilettes sèches pour réduire les eaux usées. Ces méthodes, si elles sont combinées au compostage et au tri des ordures, peuvent réduire les déchets domestiques en une petite quantité de déchets d’emballage.

Pour conclure, aujourd’hui nous savons que ce n’est pas seulement la performance énergétique d’une maison finie qui contribue à son empreinte carbone, mais aussi l’ensemble de son cycle de vie, de sa construction  à son recyclage. Tous les matériaux, ainsi que l’énergie consommée par le traitement, entrent dans le calcul de l’efficience énergétique.

Sonia et Julie, 1èreL

Ce travail a été effectué lors des séances d’ECJS  avec C. Lecocq Hubert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :