L’écologie s’invite dans l’art

Depuis quelques années,  l’écologie et l’art (particulièrement l’art brut et autres land arts) se rejoignent.

L’Art brut regroupe des œuvres réalisées par des non-professionnels de l’art, sans aucune culture artistique académique, œuvrant en dehors des normes esthétiques. Ce terme fut créé par Dubuffet, peintre, sculpteur et plasticien français. Les artistes d’art brut pouvaient être des pensionnaires d’asiles psychiatriques, des autodidactes isolés, des prisonniers etc.

Dubuffet entendait que cet art soit un art spontané, sans prétentions culturelles et sans démarches académiques. Ainsi, il explique : « Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part. Nous assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l’art donc où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non, celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe. » Jean Dubuffet,  L’art brut préféré aux arts culturels, 1949.

L’art brut créé donc par Dubuffet, existe depuis l’année 1945. Il constitue une collection d’œuvres, appelée aujourd’hui Collection de l’Art Brut.

Œuvre de Pascal Maisonneuve

A partir de l’art brut se développe la mouvance de « l’art écologique ». Elle se présente sous une autre forme : le land art. Le land art est une tendance de l’art contemporain, utilisant le cadre et les matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable, rochers, …). Le plus souvent, les œuvres sont à l’extérieur, exposées aux éléments, et soumises à l’érosion naturelle ; ainsi certaines ont disparu et il ne reste d’elles que leurs souvenirs photographiques. Les premières œuvres ont été réalisées dans les paysages désertiques de l’ouest  américain à la fin des années 1960. Dans le Land Art, les artistes travaillent non pas à représenter la nature mais font « corps avec elle ». Les œuvres sont souvent imposantes et les artistes, pour les réaliser, déplacent, transportent et parfois même plantent de nouvelles espèces végétales.

L’art brut et sa déviance, le Land Art, ont été crées pour satisfaire le besoin d’un art ne répondant pas aux normes académiques. Mais depuis quelques années, « l’art écologique » se concentre plus sur une vision pessimiste du monde et particulièrement du monde créé par les Hommes. Ainsi, il dénonce simultanément la pollution grandissante du monde par les hommes, l’arrivée de nouvelles technologies non propices à la préservation de la nature, le gaspillage et la consommation excessive de produits nocifs à l’environnement.

L’art brut et le Land Art répondent donc à deux visions, celle de créer des œuvres ne répondant pas aux normes académiques et celle de créer des œuvres dénonçant le non-respect de la nature par l’espèce humaine.

Lucie BOUVARD et Christina MORRA, 1ère L

Ce travail a été effectué lors des séances d’ECJS  avec Mme Lecocq Hubert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :