Une heure pour la planète

Les faits…

Cette année, 125 pays ont participé à l’opération « une heure pour la planète », soit 37 de plus qu’en 2009. A Paris, le palais de l’Élysée et plus de 240 monuments et bâtiments ont éteint, samedi, leurs lumières pendant une heure et la Tour Eiffel pendant cinq minutes dans le cadre de l’opération «une heure pour la planète» : Earth Hour, organisée par le WWF : Fonds mondial pour la nature. A 20h30 précises, les lumières de l’Elysée se sont éteintes, tout comme l’éclairage extérieur de plus de 240 monuments et bâtiments parisiens : le Louvre, l’Hôtel de Ville, Notre Dame, le Panthéon, les Invalides, la place de la Concorde, l’Opéra Garnier, les ponts parisiens, les mairies d’arrondissement etc. Mais aussi dans de nombreux monuments symboliques et importants des différents pays du Monde participant à cette action. Le mouvement est né à Sydney en 2007 lorsque 2,2 millions de personnes avaient plongé la ville dans le noir pendant une heure afin de sensibiliser l’opinion à la  consommation excessive d’électricité et à la pollution au dioxyde de carbone.

…Vu par différents journaux

Le Parisien, le 27 mars 2010

D’après le journal, cette opération qui est organisée à l’initiative du Fonds mondial pour la nature aurait pris une dimension mondiale en 2008 et serait destinée à promouvoir la  lutte contre le dérèglement climatique. De plus cela permettrait de sensibiliser les populations à leur hausse de consommation d’électricité et à la pollution de la planète avec les rejets de dioxyde de carbone. Pour le journal, rien n’est plus essentiel que de faire réagir toutes les populations du monde entier

Le Monde, le 28 mars 2010

Cette action est pour le journal destinée plutôt à promouvoir la lutte contre le réchauffement climatique. Malgré une augmentation de 37 pays qui ont participé à cette action, cela ne suffit pas, il faudrait que tous les pays soient solidaires et actifs pour la planète. Le journal nous dit que pour sa quatrième édition, trois mois après l’échec du sommet sur le climat de Copenhague, 125 pays avaient promis de participer  à cette opération, contre 88 l’an dernier, selon les organisateurs.

⇨ Nous pouvons alors en conclure que les avis sont plutôt semblables dans tous les journaux étudiés. Cette action organisée chaque année, devrait être prise en compte par tous les pays du monde sans exception, pour plus d’impact, malgré une augmentation de pays participants cette année par rapport à l’année dernière. Les journaux sont donc pour cette organisation qui sert à faire réagir et prendre en compte le problème d’environnement.

Pauline Reynaud

Cette revue de presse  a été réalisée au CDI avec Mme Novales, documentaliste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :