L’appel de Rio pour des villes durables et plus justes

Les faits…

Refonder l’univers urbain : c’est l’objectif de la Campagne urbaine mondiale, lancée par l’ONU-Habitat, le  vendredi 26 mars, lors de la clôture du 5e  Forum urbain mondial, à Rio de Janeiro. C’est aussi le but de la Déclaration de Rio pour le droit à la ville, la démocratie et la justice sociale.  Sonnant à la mobilisation générale, la Campagne urbaine mondiale  veut réunir tous les acteurs intéressés par la croissance des politiques publiques et des investissements privés,  elle offrira une  plate-forme de discussion à des gens qui, normalement, ne se rencontrent pas, comme les habitants des bidonvilles et les grands groupes privés. Siemens et Veolia font partie des premiers signataires.  Les points de vue de chaque ville s’exprimeront et les politiques urbaines seront analysées collectivement pour comprendre les processus d’évolution vers un urbanisme durable, et partager en temps réel les expériences et les apprentissages. Parmi les premières engagées, des villes du Sud, comme Bombay (Inde), Rabat (Maroc), Alep (Syrie) ou Cotonou (Bénin), mais aussi quelques cités du Nord, comme Alicante (Espagne) ou Philadelphie (Etats-Unis).

…Vu par différents journaux

Le Monde, Le 27 mars 2010

Selon le journal, les deux initiatives du forum urbain social s’opposent sur le rôle dévolu au peuple des villes dans cette révolution urbaine. Selon Le Monde, l’appel de Rio traduit une réalité dramatique : tantôt livrée à l’anarchie, tantôt laissée à un marché sans garde-fous, l’urbanisation des pays en développement a tourné au cauchemar. Un milliard de citadins croupissent dans des bidonvilles honteux, et  chaque mois, la population de ces taudis s’accroît de 500 000 habitants. Est-ce une fatalité ? Le  journal pense que non, un défaut de gouvernance et de régulation, dénonce l’agence : « La fracture spatiale ne reflète pas seulement les inégalités de revenus, elle est aussi le produit dérivé des marchés foncier et immobilier déficients, de mécanismes financiers inefficaces et d’une mauvaise planification urbaine. » Il ne suffit pas d’améliorer l’habitat. Le Forum urbain social ne dit pas autre chose, la déclaration adoptée par l’ONU-Habitat sous la pression de cet encombrant voisin paraît bien édulcorée.

Aucun autre journal n’a vraiment repris ce grand titre, seulement l’un d’eux nommé :  L’actu Verte, La revue de presse des informations liées à l’environnement et au développement durable, a repris elle aussi les mêmes avis que le journal  Le Monde, c’est un moyen de mieux faire passer le message et qui permet de concerner un plus grand nombre de la population. Selon ce journal, il faut intervenir sans plus tarder puisque les conditions de ces populations qui vivent dans ces affreux bidonvilles sont inacceptables par rapport à toutes ces sociétés riches et aussi développées qui nous entourent. L’ONU-Habitat ne pouvait plus accepter de telles conditions pour ces personnes et a décidé de faire bouger les choses, il ne manque plus que la solidarité de  la part des sociétés qui peuvent tout faire changer.

⇨ L’appel des Nations unies à tisser de nouveaux partenariats entre autorités publiques, société civile et secteur privé , qui vient conclure une semaine de conférences et d’ateliers qui ont vu près de 14 000 fonctionnaires, ministres, maires, professionnels, chercheurs ou militants « plancher » sur « la réduction de la fracture urbaine ». Deux voies divergentes pour une même urgence sont apparues dans les villes du Sud qui devront accueillir près de 3 milliards d’habitants supplémentaires d’ici à 2050. La quasi-totalité de la croissance de la population mondiale. Les avis des diffèrents journaux s’entrechoquent, puisque les villes du Sud sont beaucoup plus nombreuses à s’être engagées à l’appel de Rio, ce qui n’est pas normal, étant donné que les villes du Sud sont les moins développées et les moins riches du Globe. « Il est important que les pauvres soient les acteurs des interventions, et non seulement leur objet », affirme la déclaration finale rédigée par l’ONU, à Rio.

Pauline Reynaud

Cette revue de presse  a été réalisée au CDI avec E.  Novales, documentaliste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :